Accueil Politique

Divergence de langue au sein du gouvernement pour la participation de l’opposition aux législatives



Divergence de langue au sein du gouvernement pour la participation de l'opposition aux législatives
Divergence de langue au sein du gouvernement pour la participation de l'opposition aux législatives

Alors que le chef de l’Etat opte pour des élections inclusives et apaisées et appelle donc le parlement à mener des démarches pour la participation de l’opposition, Séverin Quenum, ministre de la justice ne dit par la même chose. Invité ce matin à se prononcer sur le sujet sur RFI, il indique que le non participation de l’opposition n’est que de sa propre faute. Pour lui, les forces de l’opposition ont fait preuve de lenteur et de négligence.

Donc si l’opposition ne participe pas, ça ne le gêne en rien lui. En tout cas, c’est ce qu’on peut retenir de ces propos. Il va poser la question de savoir s’il « faut absolument que les partis politiques d’opposition présidés par les personnalités dont vous venez de citer les noms à savoir, Boni Yayi, Nicephore Sglo et Sébastien Ajavon, aillent nécessairement aux élections pour que notre élection soit crédible ? ». Un question qu’il adressait au journaliste mais qui montre en effet sa position.

Son avis est clair sur le sujet et cela pourrait dire, ce qui n’est pas confirmé et ce qui n’est pas encore le cas, qu’il serait en train de s’opposer à l’avis du chef de l’Etat qui lui, insiste sur la participation des forces de l’opposition.

Commentaires Facebook