Accueil Politique

Décentralisation: Des assises pour réfléchir sur la question de délimitation des frontières au niveau des communes

0
Bénin/Décentralisation:

Des assises pour réfléchir sur la question de délimitation des frontières au niveau des communes

La délimitation et la matérialisation des limites des unités administratives locales et des communes préoccupent le gouvernement du nouveau départ. A cet effet, il a été organisé le mardi 10 juillet 2018 à Cotonou, un atelier qui vise à sensibiliser les membres de l’Association nationale des communes du Bénin(Ancb). Il a été question au cours de ces assises présidées par le ministre Barnabé Dassigli, d’échanger sur le projet élaboré dans ce sens en vue d’éviter les conflits entre les localités. Une chose est évidente, ce projet de délimitation et de matérialisation des limites des communes et de leurs unités administratives permettra à chaque territoire d’avoir enfin la maîtrise de son espace, afin que les conflits une fois jugulés, les populations aient la facilité de vaquer à leurs occupations.

Dios CHACHA

D’entrée, le secrétaire permanent de la Commission nationale des affaires domaniales, René Gamavo, a rappelé le bien-fondé de cette initiative gouvernementale. A l’en croire, cet atelier intervient suite à l’interpellation de l’Administration publique par l’Assemblée nationale sur la situation dramatique que traversent les communautés locales depuis l’avènement de la décentralisation. Pour lui, ces désaccords sont la conséquence de l’imprécision du découpage de territoire de 1978. Aussi, va-t-il renchérir, ces tensions ont été exacerbées par le vote de la loi portant création, organisation et fonctionnement des unités administratives au Bénin en 2013, modifiée et complétée par celle du 6 mars 2015.

Toutefois, sest-il réjoui de ce que le gouvernement ait inscrit un crédit au programme d’investissement public 2018 à cet effet. C’est dans cette perspective que Barnabé Dassigli, ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale, dit avoir mobilisé tous les ministères sectoriels concernés autour de la question. Pour le ministre, la loi 2015 est venue compliquer la situation. Puisque, relève-t-il, « Il y a des unités administratives qui n’ont pas de territoire, il y a des villages qui ont 12 habitants et il y en a qui n’existent pas physiquement et qui ont des habitants ». Dans ces conditions, poursuit-il, « Nous avons initié le dossier et saisi le gouvernement qui a prévu dans son programme d’actions une ligne de crédit pour que nous puissions enfin de compte trouver les voies et moyens qui nous permettent de trouver les solutions adéquates».

Convaincu du fait que le projet ne peut être mis en œuvre sans l’implication des acteurs à la base, René Gamavo a indiqué que l’Ancb peut être considérée comme un vecteur de mobilisation des communautés locales en faveur de leur adhésion à ce projet. Car, soutient-il, « Le succès de l’opération réside fondamentalement dans la mobilisation sociale et l’Ancb demeure un partenaire privilégié qui, déjà à partir de cette rencontre d’échanges, sera impliquée dans les étapes du processus ».

Ainsi, le président de l’Ancb, Luc S. Atrokpo, a remercié le gouvernement pour sa démarche consensuelle en ce qui concerne l’implication de l’Ancb dans la question de délimitation des frontières au niveau des communes.
Ce travail nécessite beaucoup d’attention et de doigté, indique Luc Atrokpo, avant de souhaiter que les acteurs impliqués fassent en sorte que de meilleurs résultats sortent des travaux.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here