Home Politique Condamnation du Bénin : pour Donklam Abalo, Talon doit payer de sa...

Condamnation du Bénin : pour Donklam Abalo, Talon doit payer de sa poche les réparations à Ajavon

Condamnation du Bénin : pour Donklam Abalo, Talon doit payer de sa poche les réparations à Ajavon | Benin Times
Condamnation du Bénin: pour Doklam Abalo Talon doit payer de sa poche les réparations à Ajavon

Le porte-parole du parti l’Union sociale libérale (USL), Donklam Abalo, face à la condamnation du Bénin, trouve que c’est le Chef de l’État Patrice Talon, qui doit payer de sa poche, les réparations à Ajavon. Pour lui, le régime Talon seul est coupable.

Donklam Abalo, porte-parole du parti USL s’est dit satisfait de la décision de la cour africaine des droits de l’Homme et des peuples dans le différend qui oppose le président directeur général de la société CAJAF-COMON, Sébastien Ajavon à l’État béninois.

Selon ses propos relayés par banouto.info, le verdict de la Cour « réhabilite Sébastien Ajavon et les siens dans leur honneur et leur crédibilité », a indiqué Donklam Abalo. Il poursuit en soutenant que depuis le début, la cour est restée cohérente.

Lire aussi  Partenariat Etat-Communes : le Président Talon tend la perche à 5 communes

Pour le porte-parole de l’USL, l’objectif visé dans la procédure enclenchée par Sébastien Ajavon, est loin d’être « … une question d’argent », a-t-il indiqué. Les préjudices subis par l’homme d’affaire dans cette histoire de 18 kilogrammes de cocaïne sont bien au déçus de cette réparation selon le développement de Donklam.

Toujours d’après la même source, le secrétaire à la communication du parti USL a défendu que le chef de l’État Patrice Talon s’est « rendu personnellement coupable et solidairement avec son régime » des faits reprochés à l’État béninois dans ce dossier. Par conséquent, il devrait payer de sa poche les réparations.

Lire aussi  Gouvernance :Houngbadji aborde les sujets qui fâchent sous Talon

Pour rappel, suite à la découverte fin octobre 2016 de 18 kilogrammes de cocaïne dans un conteneur à destination de sa société CAJAF-COMON, l’homme d’affaire Sébastien Ajavon a été condamné en 2018 par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) pour trafic de drogue. Placé en garde à vue pendant huit jours, il a été libéré au bénéfice du doute lors d’un procès au tribunal de Cotonou.

Commentaires Facebook