Accueil Politique

Candide Azannaï officiellement opposant à Talon, demeure-t-il toujours fiable ?

0
PARTAGER

Un passé non moins récent, en l’occurrence le printemps 2006, nous a montré Candide Azannaï aux côtés de l’ex Président Boni Yayi qu’il a vomi par la suite pour des raisons qui demeurent vagues à ce jour. Puis, l’été 2016 nous a révélé un Candide Azannaï prêt à donner sa vie pour Patrice Talon qui, alors, n’était pas encore candidat aux présidentielles, mais un exilé.

L’histoire se poursuivant, nous lève à nouveau un coin de voile sur Candide Azannaï qui soutient le candidat Patrice Talon, contribuant activement à ce que ce dernier soit porté au pouvoir. Ce qui fut chose effective et donna sans grande surprise lieu à la nomination de l’homme au poste de Ministre délégué auprès du président de la République chargé de la Défense nationale.

Poste duquel, le sieur Azannaï démissionna le 26 mars 2017 sans en donner les raisons concrètes. Quoique l’intéressé a, lors de sa dernière sortie médiatique à Abomey, promis révéler lesdites raisons en avril 2018, à l’occasion du deuxième anniversaire de l’avènement du régime du Nouveau Départ.

Un exercice de “je te prends, je te jettes”
Deux années que Candide Azannai qualifie d’ « années de grâce » et après lesquelles il juge opportun de monter au créneau pour faire certaines révélations sur le partenariat Azannai – Talon. Mais avant d’y arriver, il est un fait que Candide Azannai n’aime apparemment pas assumer valablement ses choix politiques jusqu’au bout. Il prend trop rapidement la poudre d’escampette ce qui est susceptible de le taxer d’instable politique.

En effet, cet exercice de “je te prends, je te jettes” de l’ancien ministre Candide Azannaï ne frise-t-il pas un enfantillage politique ayant pour résonance de le décrédibiliser aux yeux du peuple ? Un peuple qu’il a poussé et convaincu d’élire Patrice Talon. Un peuple qui se demande aujourd’hui si le principal instigateur de l’accession au pouvoir de l’actuel Président de la République demeure fiable.

Encore que le Président Patrice Talon au regard de la lutte ardemment menée par Azannaï en vue de le porter à la Magistrature Suprême, aurait pu être un meilleur négociateur de sorte à convaincre le démissionnaire à rester au Gouvernement. Ce qui n’a pas été le cas tel que nous prouvent les faits. Faits devant amener le Président du Parti « Restaurer l’Espoir » à mieux coopter ses dauphins politiques pour ne pas se faire ridiculiser par la suite telles que les dernières actualités le montrent. Ceci, de sorte à porter un coup assez dur et quasi mortel à la fiabilité de l’Homme.

Retour à la case de départ
En annonçant officiellement le samedi 7 octobre 2017 lors du Congrès National Ordinaire de son parti tenu à Bis Hôtel à Abomey (Bénin), qu’il appartient désormais à l’opposition en défaveur du Gouvernement tantôt appelé celui des “Rupturiens”, “du Nouveau Départ” ou “du Bénin Révélé”…, selon l’inspiration du moment, Candide Azannaï revient sans aucune méprise, à la case départ.

Que ce soit aux côtés du Front pour le Sursaut Patriotique (FSP), en l’occurrence en duo ou c’aurait même été une opposition individuelle, il s’agit sans nul doute d’un commencement à zéro qui aurait valu ne pas être. A cet égard, il conviendrait mieux à l’Homme de se retirer momentanément de la politique afin de redorer davantage sa stature politique plutôt que de s’afficher une fois encore, une énième fois en qualité d’opposant, se prédestinant à un échec cuisant.

« Seuls, nous avancerons et nous devons nous appuyer sur les plus braves parmi nous, et au sein de la population. Et nous avons les capacités de cette opposition, les capacités intellectuelles, les ressources, les réseaux, l’expérience et l’ancienneté ». C’est ce qu’a laissé entendre le président de Restaurer l’espoir, le samedi 7 Octobre 2017.
Candide Azannai dans un rêve utopique?
En réalité, l’Homme ne réalise pas encore qu’il s’agit d’une initiative utopique, mort-née puisque les bras valides auxquels il fait référence ne sont plus dupes ni prêts à se laisser à nouveau convoyés dans le vide. Aussi, de quelle ‘’expérience’’ parle l’Homme ? Celle qui a amené la population béninoise à naviguer politiquement à vue depuis des années et ce, au gré des choix que Candide Azannaï instiguait ? Cette “ancienneté zigzagante” n’est plus d’actualité et n’inspire plus quelque chose à laquelle l’on pourrait se fier.

In fine, « Mieux s’organiser pour mieux défendre les populations », étant le thème du dernier Congrès National Ordinaire de son parti qu’il essaie de repositionner sur l’échiquier politique béninois, Candide Azannaï a dit vouloir voler au secours des populations « plaintives sous les dégâts qu’exerce sur elles le Bénin déréglé par les incohérences du Bénin dit révélé ».

Des incohérences qui sont une réalité que subit le peuple meurtri et épuisé, à cause de qui ? La réponse à cette interrogation devant être donnée face à un miroir introspectif par l’lomme, pourrait l’amener à réaliser que le peuple béninois qu’il veut finalement sauver des griffes du Gouvernement actuel, n’a plus foi en lui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here