Accueil Politique

COS-LEPI : La lenteur du ministre Wadagni fait souffrir des milliers de jeunes

0

(Le président de l’Assemblée nationale et le chef de l’État, Patrice Talon interpellés)

Le retard observé dans le traitement du dossier des agents COS LEPI 2016 devient de plus en plus inquiétant. Et pourtant les cadres du ministère des finances ont rassuré les membres du collectif desdits agents début décembre 2017. Dans la meme dynamique la première autorité de ce département ministériel en la personne de Romuald Wadagni a annoncé en fin décembre dernier à l’Assemblée nationale qu’il a déjà autorisé le décaissement des sous et que le paiement des primes aux agents de terrain devrait être fait dans le même mois de décembre 2017. À l’évidence depuis près de cinq mois, rien n’a véritablement bougé en faveur de ces agents qui de tout temps ont adopté une démarche de sagesse et d’apaisement. De quoi s’agit-il concrètement ? Conformément aux dispositions du code électoral encore en vigueur, chaque année, la lepi doit être actualisée. Et c’est dans ce cadre qu’au second semestre 2016, les députés ont procédé à la désignation de leurs membres et des autres catégories d’agents devant siéger au COS LEPI. Déployés sur le terrain sans moyens, chacun d’eux a pu faire le travail dans les règles de l’art. Les responsables du COS LEPI ont rassuré les commis à la tâche qu’ils seront payés. Mais depuis environ deux ans, leur situation semble ne pas préoccuper les membres du gouvernement chargés de régler le problème. Et pour cause, de sources concordantes, au cours des rencontres avec des autorités du ministère des finances, il a été servi aux agents que le relevé du conseil des ministres ayant validé le budget du COS LEPI 2016 n’a pas été retrouvé. Pour cette raison, le gouvernement a décidé de financer le budget à moitié. C’est donc sur cette base d’abattement à 50% de ce que le COS LEPI doit aux agents que l’argentier national a dit à l’Assemblée nationale le paiement des primes dues avait déjà été autorisé. Après cette réduction fantaisiste du budget, le trésor devrait procéder au virement d’un montant de plus de 400 millions de francs CFA au COS LEPI depuis décembre dernier. Quelques jours après les propos du ministre, le cos lepi a reçu un virement de 200 millions. Ce qui est très insuffisant pour régler les jeunes. Avec ce montant, les responsables du COS LEPI au regard des ressources limitées, n’ont pu inviter que les Commissaires communaux d’Actualisation (Cca) le 9 janvier 2018 à qui, il a été payé un et un seul mois au lieu de six? Les autres à savoir ( coordonnateurs departementaux, zonaux et les délégués d’actualisation d’arrondissement) sont pour l’instant oubliés. La seconde partie des ressources devrait être à la disposition du COS LEPI depuis janvier ou plus tard février 2018. À en croire les membres du COS LEPI, le trésor n’a pas encore libéré le reste des sous. Ce qui inquiète énormément les uns et les autres. Pendant ce temps, les jeunes qui ont travaillé pour ce COS-LEPI murmurent et se sentent NÉGLIGÉS et MÉPRISES Ils disent ne pas comprendre l’habitude du ministre des finances qui est après tout un jeune qui est censé comprendre leurs problèmes. Unanimement, ils fustigent d’une part la réduction de moitié le budget devant servir à leur paiement et d’autre part la manière cavalière et lente avec laquelle un dossier aussi important est traité.  » Nous sommes tous des jeunes issus d’une même républicaine. Dans cette affaire, on a travaillé à jeun et avec des prêts par-ci et par-là. Et depuis environ deux ans le gouvernement de la rupture semble nous ignorer. Si le paiement des agents du Ravip se fait avec si tant de diligence, une dette datant de plus de deux ans à l’endroit des jeunes devrait être traitée avec la même promptitude. Beaucoup de jeunes espèrent ces sous pour démarrer leurs micro-projets », ont-ils souligné. C’est inadmissible ce qui se passe », ont déploré la plupart. « Tant que nous ne sommes pas payés, la mobilisation ne faiblira pas », ont-ils martelé. De toutes les façons, très déterminés ces jeunes, ne sachant plus à quel saint se vouer, veulent compter sur la deuxième personnalité du pays, Me Adrien HOUNGBEDJI, ses pairs et le père de la nation, le président Patrice TALON qui devra instruire à nouveau son ministre des finances pour le dénouement rapide de cette affaire qui ne ferait qu’apporter un ouf de soulagement pour des milliers de jeunes répartis sur toute l’étendue du territoire national.
aCotonou

Source : aCotonou

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Acotonou ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here