Accueil Politique

Bénin : Les 9 exigences du duo Djènontin-Houngbadji suite au discours de Patrice Talon

Bénin : Les 9 exigences du duo Djènontin-Houngbadji suite au discours de Patrice Talon | Benin Times
Bénin : 9 exigences du duo Djènontin-Houngbadji suite au discours de Patrice Talon

C’est dans une déclaration conjointe que Valentin Djènontin et Léonce Houngbadji, tous de l’opposition, mais en exil, ont réagi face à la sortie médiatique du chef de l’État, Patrice Talon.

Ils ne voient vraiment pas l’importance ou encore l’utilité de la sortie du chef de l’État, indiquent-ils selon Banouto. Pour Valentin Djènontin et Léonce Houngbadji, « « le président des riches » est resté déconnecté, et ne modifie pas son cap », mentionnent-ils dans leur réaction conjointe indique le média. « Au lieu de dire clairement au peuple qu’il a compris son message du 28 avril 2019 avec plus de 90 % d’abstention et en tirer les conséquences requises, Patrice Talon, fidèle à la tradition, a choisi de l’endormir pour tenter de fermer la parenthèse des législatives », déplorent les deux exilés qui sont en France.

Il n’est pas question de laisser les choses maintenant font-ils savoir. « Non. Cette parenthèse ne sera pas fermée aussi facilement », ont-ils protesté. C’est pourquoi, au nom de l’opposition béninoise, ces derniers ont indiqué neuf exigences de leur camp politique. 

L’opposition béninoise exige :

1 – une enquête internationale indépendante sur les crimes contre l’humanité commis par l’armée et la police à Cotonou et à Kandi, les 1er et 2 mai 2019 (massacre des populations civiles à mains nues, suite aux tirs à balles réelles des forces de sécurité et de défense) ;

2 – l’annulation de la parodie d’élections législatives organisée le 28 avril 2019 avec toutes les conséquences qui en découlent ;

3 –  l’annulation de toutes les lois liberticides et scélérates, notamment les lois électorales d’exclusion administrative et financière ;

4 – l’audit international indépendant du fichier électoral national ;

5 – la reprise des élections législatives pour le compte de la 8ème législature, dans les conditions démocratiques, dignes de confiance, inclusives, crédibles, transparentes et apaisées ;

6 – la libération de tous les prisonniers politiques ;

7 – la création des conditions favorables pour assurer le retour de tous les exilés politiques ;

8 – la fin des persécutions, enlèvements, arrestations, emprisonnements et agressions physiques des opposants et activistes du web ;

9 –  la levée des mesures illégales de surveillance de la résidence de l’ancien Président de la République, Thomas Boni Yayi, qui l’empêchent de recevoir sa famille, son avocat, son médecin et ses partisans, depuis le 1er mai 2019.

Commentaires Facebook
Lire aussi  Lutte contre la corruption : Donc Ppea 2, c’est fini !