Accueil Politique

Bénin : le vrai motif de l’audition de Tiando et Houngbédji par la police

0

La Brigade criminelle de la police républicaine a convoqué lundi 11 mars le président du PRD, Adrien Houngbédji, son vice-président, Charlemagne Honfo et le président de la CENA, Emmanuel Tiando. Banouto vous livre les motifs réels de cette convocation puis audition.

emmanuel-tiando

Emmanuel Tiando, président de la CENA

C’est un secret de polichinelle. Par convocation, le chef de la Brigade criminelle a demandé au président du Parti du renouveau démocratique (PRD), Me Adrien Houngbédji de se présenter dans ses locaux à Agblangandan mardi 12 mars 2019. Convocation a été également adressée au vice-président du PRD, Charlemagne Honfo, et au président de la Commission électorale nationale autonome (CENA), Emmanuel Tiando, pour se présenter devant la Brigade criminelle.

Les motifs pour lesquels Me Adrien Houngbédji et Charlemagne Honfo ont été convoqués par la Brigade criminelle n’ont pas été signifiés sur les convocations. Sur la convocation de Me Houngbédji, il est simplement indiqué que c’est pour « affaire le concernant ». Idem sur la convocation adressée au vice-président du PRD.

« Législatives 2019 »

Seul à avoir répondu à la convocation de la Brigade criminelle avec le président de la CENA, le vice-président du PRD et maire de Sèmè-Podji, après son audition a confié à la presse que les motifs de leur convocation étaient liés aux élections législatives du 28 avril 2019 sans donner plus de détails. Le président Houngbédji, lui, ayant été entendu à son domicile à Porto-Novo.

Les enquêtes de Banouto révèlent que l’invitation du président Houngbédji et du maire Honfo à se présenter devant la Brigade criminelle puis leur audition est la suite d’une plainte auprès du tribunal de première instance de première classe de Cotonou du sieur Salvador Sèna Aclassato. Candidat aux élections législatives prochaines sur la liste du parti de Me Houngbédji, Salvador Aclassato, selon les informations de Banouto, ne reconnaitrait pas avoir déposé ses dossiers auprès du parti arc-en-ciel pour les législatives.

Nos sources rapportent que c’est pour vérification auprès de la Commission électorale nationale autonome que son président, Emmanuel Tiando a été convoqué par la Brigade criminelle. Le patron de la structure chargée de l’organisation des élections au Bénin était attendu avec le dossier du candidat Aclassato.

Bras de fer entre commissaires de la CENA

Pour déférer aux injonctions de la Brigade criminelle, le président de la CENA devrait avoir accès aux cantines contenant les dossiers de candidatures pour les législatives 2019. Mais Emmanuel Tiando s’est heurté à un obstacle et n’a pu se présenter avec le dossier demandé à l’audition. Le commissaire Freddy Houngbédji, détenteur des clés du cadenas des cantines, a refusé d’obtempérer aux instructions de la vice-présidente Boko Nadjo et à celles du président Tiando lui demandant de venir ouvrir les cantines au plus tard à 9 heures mardi 12 mars 2019. Après ce refus, une signification de correspondance a été faite au commissaire Houngbédji par exploit d’huissier. Mais, renseigne une source proche de la Commission électorale, le commissaire Freddy Houngbédji ne s’est pas présenté.

Les enquêtes à la Brigade criminelle se poursuivent et très bientôt on devrait savoir ce qui s’est passé dans cette affaire.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Banouto ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here