Accueil Politique

Bénin : La réponse amère de Guy Mitokpè à Louis Vlavonou

Bénin : La réponse amère de Guy Mitokpè à Louis Vlavonou | Benin Times
Bénin La réponse amer de Guy Mitokpè à Louis Vlavonou

L’ancien député de la septième législature n’a pas aimé la déclaration du président de l’Assemblée nationale du Bénin, Louis Vlavonou, sur l’opposition. Alors que les opposants n’ont pas pu prendre pas aux élections législatives d’avril dernier, sous raison qu’ils ont été exclus, Vlavonou a en effet indiqué que ce n’est pas le cas, mais qu’ils ont plutôt boycotté les élections. Chose que ne digère par Mitokpè qui va lui répondre sur sa page Facebook.

LOUIS VLAVONOU LE CHEF DES PUTSCHISTES DU POUVOIR PARLEMENTAIRE INVENTE LE « BOYCOTT » DE L’OPPOSITION LORS DE LA PARODIE ÉLECTORALE DU 28 AVRIL 2019…

Ronger par un remord dont il nous dira tant, LOUIS VLAVONOU a entrepri récemment une série de voyage dont le but semble être de trouver ailleurs qu’au Bénin le réconfort moral qui parait lui être refusé par les millions d’électeurs qui ne se reconnaissent pas dans sa nomination à la tête de notre assemblée nationale. Il n’est pas rare en certaines Républiques bannières de voir des putschistes fraîchement parvenus au pouvoir par voix de coup d’État, aller et venir où l’on veut bien les recevoir afin de faire croire aux moins instruits qu’ils seraient des pouvoirs tout aussi fréquentables que ceux qui bénéficient de la légitimité démocratique. Cette forme d’autopromotion puérile a plus à voir avec le comportement d’un petit garçon pris en faute qu’avec celui d’un représentant du peuple.

Pour des raisons de décence diplomatique les klébés seraient bien inspirés de faire savoir à l’ancien colonel des douanes LOUIS VLAVONOU que loin de le disculper ces multiples voyages de plaisances font plutôt penser à la longue pénitence d’une autorité illégitime qui se sait vomit par le peuple et qui de ce fait attend dans une anxiété coupable le sort qui lui sera réserver par le peuple souverain. La dernière turpitude en date du sieur LOUIS VLAVONOU ce sera donc dérouler ce mardi 9 juillet 2019 à Abidjan lors de la très controversée ouverture de session qu’organisait l’association des parlements francophones. Pour rappel et à toutes fins utiles, rappelons que les dites assises ont eus lieux dans un climat de tension palpable entre les deux protagonistes que sont le président démissionnaire du parlement ivoirien GUILLAUME SORO et son successeur au même poste AMADOU SOUMAHORO.

Lire aussi  Polémique autour des Examens nationaux en Licence: le CAMES joue la carte de la neutralité

Cette lutte interne à l’appareil d’État ivoirien à probablement permis à l’ancien colonel des douanes LOUIS VLAVONOU d’opérer avec le président actuel de l’Assemblée nationale ivoirienne AMADOU SOUMAHORO un rapprochement où nous semble t-il il a monnayé son soutien à ce dernier contre une forme lassive de reconnaissance au profit de la « 8e législature » qui visiblement titube sous les rejets de nos concitoyens. Profitant de l’hospitalité ivoirienne, LOUIS VLAVONOU a saisi l’occasion d’asséner avec une absence totale de vergogne le genre de contre vérité et de mensonges qui font que lui même en tant qu’individus a perdu toute crédibilité aux yeux du peuple béninois souverain. Ainsi, prenant la parole lors de la session des parlementaires francophones, il a ouvertement tronqué les faits de l’histoire récente de notre pays. Je le cite « Comment pourrait-on affirmer que l’opposition a été exclue des élections, elle les a boycottées à des fins inavouées  » fin de citation.

Cette affirmation mensongère relève d’une mythomanie qui confine à la pathologie. Comment un personnage qui aurait dû en de pareil cénacle faire preuve de dignité, d’honnêteté et de grandeur d’esprit a pu ainsi se compromettre au travers d’une insinuation loufoque au sujet de laquelle le plus humble des citoyens béninois sait pouvoir dire qu’en réalité les élections législatives frauduleuses organisées le 28 avril 2019 était un stratagème pour exclure l’opposition du jeu politique national. À titre personnel je m’insurge contre ce manque totale de moral qui donne de notre classe politique et surtout de nos aînés en politique l’image de personnages toujours prêts à mentir pour avoir ou sauver des privilèges. La décence et la morale n’ont-elles donc plus droit de cité au Bénin au point où le récit politique se fait mythe et mythologie dans la bouche de certains ??? Je m’en désole car c’est là une gageur pour notre jeunesse. À beau mentir qui vient de loin dit-on , et bien LOUIS VLAVONOU venait du Bénin et il a menti …

De toute évidence les moeurs politiques en vigueur dans les grandes démocraties ne sont pas encore en usage chez nous. Récemment une ministre allemande s’est vue contrainte à la démission pour avoir plagiée tout ou partie de sa thèse de doctorat. Elle aurait été contemporaine de LOUIS VLAVONOU qu’au lieu de la sanctionner ce dernier l’aurait probablement porté au nues. Comment comprendre qu’on parle de boycott alors que le peuple tout entier sait Que la CENA a usé du fallacieux argument des fautes mineurs pour maintenir les deux seuls partis du pouvoir dans la course, tandis que des fautes majeurs disent-ils ont été le motif du recalement des partis d’oppositions ? LOUIS VLAVONOU ment quand il fait mine de ne pas savoir qu’en plein déroulement du processus électoral le 1 février 2019 la Cour Constitutionnelle a produit une nouvelle loi, introduite pour biaiser les règles du jeu politique, avec l’introduction du certificat de conformité, pièce permettant au Ministre de l’Interieur de rejeter à souhait qui, il ne voulait pas voir à ladite élection.

Lire aussi  Bénin : Quinze ans de réclusion criminelle pour deux individus, suite à l'assassinat de leur ami

Comment parler de boycott de l’opposition alors qu’on sait, le peuple surtout que tous les partis d’oppositions ont faits l’impossible pour rentrer en possession de leurs documents qui ont été confisqués par le Ministre de l’intérieur ? Que devons-nous penser de LOUIS VLAVONOU lorsque, faisant fi de toutes ces évidences il fait le choix solitaire d’une course éfreinnée vers le mensonge d’État, en disant que l’opposition a « boycotté les élections pour des raisons inavouées ? Chers compatriotes, dans l’optique d’un dialogue national, comment pouvons-nous discuter en toute sécurité et sérénité avec des gens pour qui le mensonge semble être une forme d’art réthorique. Se rabaisser à vouloir dire contre l’opposition politique, des contre vérités qui parfois défient le bon sens, est en soit une grande preuve de faiblesse et d’ignorance. Car jamais il n’y aura de réconciliation politique sans un sens minimum de la vérité et de l’honnêteté. La résistance se battra encore plus âprement car de tel égarements mensongers nous font bien voir et sentir que notre Nation n’est plus en sécurité entre les mains d’hommes politiques qui n’ont aucun sens de l’honneur…

He. Guy MITOKPE

Commentaires Facebook