Accueil Life style

« Je ne savais pas que les gens pouvaient vivre heureux sans alcool« 

``Je ne savais pas que les gens pouvaient vivre heureux sans alcool`` | Benin Times

Ella Coulter est une femme australienne de 30 ans. Alcoolique, elle s’est confiée au site 9Honey.

« Je n’ai jamais réussi à boire juste un seul verre », explique Ella à 9Honey. La jeune trentenaire avait 14 ans quand elle a goûté de l’alcool pour la première fois.

« Après une gorgée, mon cerveau m’en redemande encore et encore. » Adolescente, elle a essayé le vin rouge, les prémix, la bière, puis à l’âge adulte, elle est passée au scotch et au vin blanc. Alors qu’elle buvait parfois jusqu’à trois bouteilles de vin par soir, Ella ne se considérait pas comme une alcoolique, puisqu’elle se rendait tous les jours à son travail comme une personne normale.



 »Mais je travaillais dans le secteur hôtelier et c’est très très courant de bosser avec une gueule de bois, ou de commencer à boire de l’alcool au bar dès que la journée se termine », confie Ella. Elle buvait presque tous les jours, pour se détendre ou calmer ses angoisses.

Lire aussi  ''Je pense quitter ce monde pour ne plus voir mon fils se détruire avec la drogue''

« Je n’avais jamais pensé que je finirais par devenir alcoolique, mais plus j’en apprends sur ma sobriété, plus je me rends compte que j’étais toujours mal à l’aise dans mon enfance, très nerveuse et effrayée face aux autres élèves de ma classe. » 

Au lieu de l’aider à surmonter ses peurs, l’alcool a eu l’effet inverse. Jusqu’au jour où elle a touché le fond. Elle est rentrée en taxi après une soirée arrosée et le chauffeur l’a attaquée. Trop ivre pour appeler la police, Ella a heureusement réussi à s’échapper, mais le lendemain, elle ne se souvenait de rien. Le black-out complet.

« Je me suis réveillée et j’étais terrifiée. Il y avait un verre de vin à côté de mon lit. Je me suis dit: je ne boirai plus jamais de ma vie. »

Ella a mis du temps à se définir comme une alcoolique. « Je n’avais vraiment pas envie d’arrêter de boire. Je ne savais pas que les gens pouvaient vivre heureux sans alcool. » Elle a passé trois mois dans une clinique spécialisée et elle est aujourd’hui sobre depuis plus d’un an.

Lire aussi  ‘’J’ai surpris mon mari au lit avec sa belle-sœur … Devrais-je les dénoncer ?’’

« Je pense que peu importe qui vous êtes ou ce que vous vivez, tout le monde devrait aller voir un thérapeute parce que nous sommes humains et nous avons besoin de parler de nos sentiments à quelqu’un. » Après avoir quitté son job dans l’Horeca, elle veut reprendre des études sur la santé mentale. 

Commentaires Facebook