Home Justice Affaire “18 kg de cocaïne” : réaction de l’avocat de Sébastien Ajavon...

Affaire “18 kg de cocaïne” : réaction de l’avocat de Sébastien Ajavon au verdict de la CADHP

Affaire “18 kg de cocaïne” : réaction de l’avocat de Sébastien Ajavon au verdict de la CADHP | Benin Times
Affaire “18 kg de cocaïne” : réaction de l’avocat de Sébastien Ajavon au verdict de la CADHP

L’avocat de Sébastien Ajavon a régi au verdict de la CADHP dans l’affaire de “18 kg de cocaïne”qui oppose l’État béninois à son client. Ce verdict de la CADHP qui blanchit visiblement le directeur de la société CAJAF COMON suscite pas mal de réaction.

Le défenseur des droits de Sébastien Ajavon, l’avocat Issiaka Moustapha, a réagi face à la nouvelle décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) ce jeudi 28 novembre 2019 sur l’affaire “18 kg de cocaïne” qui oppose l’homme d’affaires Sébastien Ajavon et l’État béninois. Cette nouvelle décision de la Cour qui a condamné l’État béninois à verser une somme de 36 milliards à Sébastien Ajavon et qui a ordonné également la main levée sur ses comptes bancaires puis ceux de ses proches.

Lire aussi  Icc-Services : Ce qu'a décidé la Criet concernant le cousin de Boni Yayi !

Selon les informations rapportées par Bénin web Tv, interrogé par Frissons radio, Issiaka Moustapha n’a pas pu cacher sa joie et son soulagement face à cette décision de la CADPH qui condamne l’État béninois. “Comme vous pouvez l’imaginer, ma satisfaction est totale. Je pense que c’est l’un des plus grands moments de ma carrière pour avoir vécu cette affaire depuis le début”, a laissé entendre l’avocat de Sébastien Ajavon. Selon l’homme de droit, via cette décision, la CADHP a reconnu “qu’on a non seulement porté atteinte à la personne de son client; mais aussi à son patrimoine”, a indiqué Me Issiaka.

Lire aussi  Bénin : Laurent Mètognon enfermé pour cinq ans

Par ailleurs, la question qui anime les têtes désormais est la réaction, la disponibilité de l’État béninois à exécuter cette décision de la CADHP. Ce qui est sûr, un grand pas est fait et d’après l’avocat Issiaka Moustapha, “Ne pas exécuter, c’est qu’on est dans le non droit”, a-t-il conclu.

Commentaires Facebook