Accueil International

Tuerie au Mali: le président Keïta se rend au village dogon, l’Etat appelé à l’action

Tuerie au Mali: le président Keïta se rend au village dogon, l’Etat appelé à l’action
Tuerie au Mali: le président Keïta se rend au village dogon, l’Etat appelé à l’action

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s’est rendu jeudi sur les lieux de la tuerie du village dogon de Sobane Da, dans le centre du pays, où l’Etat est appelé à agir pour enrayer un cycle de violences intercommunautaires de plus en plus incontrôlable.

La tuerie, dans la soirée du 9 juin, dans ce village de la zone de Bandiagara, a fait 35 morts dont 24 enfants, selon un dernier bilan.

Les violences qui déchirent le centre du Mali ont culminé avec le massacre le 23 mars, attribué à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls, dans le village d’Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Depuis l’apparition en 2015 dans cette région du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs “groupes d’autodéfense”.

Le chef de l’Etat a quitté dans la matinée la capitale à la tête d’une “forte délégation” comprenant le cardinal Jean Zerbo, le pasteur Marc Goita et six ministres, selon la présidence.

M. Keïta a écourté une visite officielle à Genève pour rentrer au Mali mardi, le jour où le Premier ministre Boubou Cissé s’est lui-même rendu dans ce village majoritairement chrétien.

La population malienne, toutes communautés confondues, est très majoritairement musulmane.

Lors du Conseil des ministres mercredi, le chef de l’Etat a proclamé un deuil national de trois jours et le gouvernement a révoqué le gouverneur de la région de Mopti (centre), où se concentre l’essentiel des violences dans le pays, le général Sidi Alassane Touré.

Quelques heures auparavant, une nouvelle attaque visant deux villages essentiellement dogons du secteur de Bankass, plus au sud, faisait au moins deux morts et des blessés, selon un élu local et une source de sécurité malienne.


Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Benin 24 ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook