Accueil International

Troisième mandat présidentiel: « non » à l’unanimité des chefs d’Etat africains

Troisième mandat présidentiel:         « non » à l'unanimité des chefs d’Etat africains | Benin Times
Troisième mandat présidentiel: « non » à l'unanimité des chefs d’Etat africains

Un forum de trois jours réunit plusieurs anciens chefs d’Etats africains au Niger dans la ville de Niamey . Ces anciens présidents d’Afrique ont eu l’occasion d’avoir une large discutions par rapport à la limitation des mandats des chefs d’Etat.

Plusieurs anciens présidents de pays africains son rassemblés lors de cette rencontre au Niger. Mahamane Ousmane du Niger, Nicéphore Soglo du Bénin, Goodluck Jonathan du Nigeria, Catherine Samba-Panza de Centrafrique et Amos Sawyer du Liberia ont pris par au forum pour discuter de la consolidation de la démocratie en Afrique. D’après un rapport de RFI, ils ont tous dit « non » à un troisième mandat présidentiel. « La suppression de la limitation du mandat sape la conscience des populations et accroît la concentration du pouvoir entre les mains d’une minorité », peut-on lire dans la « déclaration de Niamey », rapportée par RFI.

Lire aussi  Bénin : Un coiffeur emprisonné pour avoir vendu les cheveux de ses clients

Par ailleurs, les anciens chef d’Etats ont eu à se prononcer chacun sur la question. Comme par exemple, Selon l’ancienne cheffe d’État de transition de la Centrafrique, Catherine Samba-Panza, , « c’est une grande évolution d’avoir organisé un sommet sur cette question jusque-là taboue et que personne n’abordait de manière ouverte ». De l’autre coté, l’ancien président béninois Nicéphore Soglo a appelé ces présidents qui continuent de s’accrocher au pouvoir à « savoir partir à temps », a rapporté le média français.

Lire aussi  États-Unis : Voici ce qui s'est passé au mariage de Komi Koutché (vidéo)

Issoufou Mahamadou, le président du Niger, l’auteur de ce fameux forum a mentionné son désir de laisser le pouvoir après son mandat actuel. Cette décision a reçue beaucoup de salutation de la part de ses invités, selon RFI, il déclare durant cette rencontre devant les anciens présidents, que « mon désir le plus ardent est de passer le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu » . Il s’agira d’une première dans l’histoire du Niger depuis l’indépendance si cette décision se concrétise, a indique le site français .

Commentaires Facebook