Accueil International

Soudan: pour Londres, les généraux doivent regagner la confiance en cédant le pouvoir

Soudan: pour Londres, les généraux doivent regagner la confiance en cédant le pouvoir | Benin Times
Soudan: pour Londres, les généraux doivent regagner la confiance en cédant le pouvoir

Les généraux qui dirigent la transition au Soudan doivent rapidement remettre le pouvoir à une administration civile s’ils veulent regagner la confiance perdue après la répression sanglante du mouvement de contestation, a estimé mercredi l’ambassadeur de Grande-Bretagne dans un entretien à l’AFP.

Des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines blessées le 3 juin dans la dispersion d’un campement installé devant le QG de l’armée à Khartoum pour faire pression sur les militaires et réclamer un transfert du pouvoir aux civils, selon des médecins proches de la contestation et des témoins. Cette dispersion menée par des hommes armés et en tenue militaire a provoqué un tollé international.

Lire aussi  Nigéria: Environ 134 enfants meurent de malnutrition aiguë dans l’Etat de Borno

Le Conseil militaire de transition à la tête du Soudan depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril, sous la pression de la rue, assure ne pas avoir ordonné l’opération. Mais, pour l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Khartoum, Irfan Siddiq, c’est bien cette instance qui porte la responsabilité des récents évènements.

«Au final, ce sont les forces de sécurité qui ont mené ces raids et provoqué les morts», dit Irfan Siddiq lors d’un entretien accordé dans sa résidence officielle.

Lire aussi  Les autorités militaires soudanaises accusées de violence

«Donc le Conseil militaire a la responsabilité d’adopter les mesures (nécessaires) pour (…) reconstruire la confiance qui ouvrirait la voie à une transition civile», poursuit le haut diplomate, dont le pays est l’ancienne puissance coloniale.

Au moins 128 personnes ont été tuées dans la dispersion du sit-in et la répression qui s’est poursuivie les jours suivants, selon des médecins proches de la contestation. Les autorités ont évoqué un bilan de 61 morts.


Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Benin 24 ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook