Accueil International

RDC : interdiction de diffusion de ces chansons, Koffi Olomide réagit

RDC : interdiction de diffusion de ces chansons,  Koffi Olomide réagit | Benin Times
RDC : interdiction de diffusion de ces chansons, Koffi Olomide réagit

D’après une lettre de la Commission nationale de censure des chansons et spectacles envoyée à des chaines des radios et télévisions, 8 chansons de l’artiste Koffi Olomide sont interdites de diffusion. Selon la commission de censure sous tutelle du ministère de la justice, ces chansons n’ont pas reçu « les autorisations requises ».

Parmi les morceaux interdits de « diffusion » et de « présentation » se trouve la célèbre chanson  » la femme de quelqu’un » exécutée par Singuila. Pour la commission nationale de censure, le patron de l’orchestre Quartier latin n’a pas répondu aux « invitations » qui lui ont été envoyées à la date du 13 septembre et « qualifie ces actes de manque de civisme et de considération de la part de l’artiste qui paraît être récidiviste dans ce genre de comportement » a-t-elle déclaré. L’artiste Koffi Olomide, trouve que cette commission n’a pas de raison d’exister. « Le Congo ne mérite pas une commission de censure », a-t-il laissé entendre dans son intervention indique l’Agence France Presse.

Lire aussi  Gambie: enquêtes sur des dizaines de disparus du régime de Jammeh (police)

Il exhorte le président Félix Tshisekedi de se pencher sur cette question. Et, il poursuit en dénonçant « l’abus de pouvoir » de la commission. Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois que les chansons de Koffi Olomide ont été frappées de censure. Son problème avec la censure « devient récurrent« , a-t-il reconnu.

En 2005, les chansons « Alia, Silivi et Esili » de l’album « Monde arabe » avaient été censurées pour atteintes aux bonnes mœurs ». En 2009, son album « Patron » avait fait aussi l’objet d’une interdiction de diffusion, de même que son album « 13ème apôtre ». La commission avait été instituée par une loi de 1996. La commission s’engage à combattre les incitations à « la haine raciale ou tribale » ou les atteintes aux bonnes mœurs (« débauche, prostitution, divorce, délinquance« ).

Lire aussi  "Les chaussures de Jésus" à 3000 dollars vendues en un clin d’œil

L’artiste Koffi Olomide n’a pas vu que ces chansons censurées. En mars 2019, l’artiste, de son vrai nom Christophe-Antoine Agbepa Mumba, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre (ouest de Paris) à deux ans de prison avec sursis pour « atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans« .

Commentaires Facebook