Accueil International

Quand les internautes sénégalais réclament un débat en vue de la présidentielle de février 2019

Politique Sénégal (APN) – A un peu plus d’un mois de la présidentielle au Sénégal, une initiative citoyenne s’est créée sur les réseaux sociaux afin de demander un débat télévisé entre les différents candidats. 

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});

Tout part du tweet d’une jeune sénégalaise, Awa. Via le célèbre réseau social, elle interpelle Macky Sall et le met au défi de participer à un débat sous réserve que le tweet atteignent le nombre de Retweet qu’il estimera nécessaire.

https://platform.twitter.com/widgets.js

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});

Très vite, le tweet fait mouche et le Chargé de la communication de la présidence, El Hadj Hamidou Kasse, est interpellé. Il fait alors part de ses réserves sur la tenue de cette discussion. Selon lui, une telle proposition ne saurait trouvé preneur pour l’instant. « le temps du débat viendra lorsque les uns et les autres diront précisément leur offre. Pour le moment, nous assistons au déferlement de la violence verbale, aux propos plutôt grossiers pour ne pas dire injurieux. Comment débattre dans de telles conditions ? », s’est-il exprimé en réponse à un tweet le mentionnant.

Afin de lui prouver le contraire, les internautes ont alors lancé le #SunuDebat qui se traduit par « notre débat ». Une façon pour eux de démonter l’argument du ministre et prouver leur volonté d’assister à cet échange entre candidats. Moins de 24 heures après son lancement, le hashtag connait réellement un succès. On compte déjà plus de 3 000 tweets contenant le mot-clé.

L’opposition en faveur du « Oui »

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});

L’organisation de ce débat serait historique. Au Sénégal, ce n’est pas une coutume que de rassembler tous les candidats sur un même plateau afin qu’ils puissent défendre leur programme, comme on peut le voir ailleurs. C’est un exercice qui permettrait pourtant la confrontation d’idées et de programmes. Ainsi, il permettrait au camp sortant de défendre son bilan, et à ses adversaires de le réfuter et de présenter leurs programmes en vue de convaincre les populations votantes.

Si le camp présidentiel semble frileux, plusieurs candidats de l’opposition se sont déjà prononcé en faveur d’un tel échange. En outre, Ousmane Sonko, Madické Niang sont partants. Dernier soutien en date, l’ancien maire de  Dakar Khalifa Sall. Via son compte Twitter, il a notamment appelé le gouvernement a faire tout ce qui est en son pouvoir pour la tenue de ce débat.

Les sénégalais et sénégalaises sont attendus aux urnes le 24 février, date à laquelle ils devront choisir leur président.

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook