Accueil International

Profanation de la tombe d’Arafat DJ : la grâce présidentielle demandée pour Diana Blé

Profanation de la tombe d'Arafat DJ : la grâce présidentielle demandée pour Diana Blé | Benin Times
Profanation de la tombe d'Arafat DJ : la grâce présidentielle demandée pour Diana Blé

Le Forum des organisations de la société civile ivoirienne (Forsci) sollicite une grâce présidentielle pour Diana Blé. Il a adressé au Président de la République Allassane Ouattara, une lettre ouverte pour obtenir de son indulgence, la grâce présidentielle.

Diana Blé est une jeune femme de 23 ans, étudiante en master 1 de chimie-biologie. Elle a eu l’infortune de partager la publication d’un internaute dans la tumulte du décès de DJ Arafat. Elle est poursuivie au début pour profanation et diffamation. Ensuite, elle a été conduite à la Maison d’arrêt et correction d’Abidjan (Maca) le 06 septembre 2019.

Elle n’a pas été inculpée pour profanation mais à un an de prison pour trouble à l’ordre public. Selon le Forsci, « Diana Blé n’est pas une délinquante primaire. Elle n’a fait que se laisser emporter par une vague qui a envahi la côte d’Ivoire avec le décès d’Arafat. Diana Blé n’est pas une diffamatrice.

Lire aussi  Gambie: Adama Barrow, un président très attendu

Elle n’a fait que partager, comme des milliers de jeunes dans la période, des informations aussi incroyables les unes que les autres relatives au décès de DJ Arafat. Diana ne mérite pas d’être traitée comme une criminelle, mais d’être verbalisée comme tous les jeunes qui ont cédé à la fièvre du moment. Diana Blé ne mérite pas de voir ses études et son avenir professionnel gâchés pour une erreur que tant de jeunes ont commise dans la douleur du décès de DJ Arafat. Diana Blé est le modèle d’une jeunesse ivoirienne pleine d’atouts mais en quête de repères et de réponses, qui ne fait pas toujours le bon choix.

Lire aussi  Mouvement citoyen Congolais debout : Arrestation de plusieurs membres

Diana Blé fait partie des femmes de demain qui ont besoin de formation pour rendre notre société meilleure ». Ainsi, le Forsci informe qu’une pétition lancée le 27 septembre 2019 avec 3000 signatures implore la pitié du chef de l’État. Le Forci ne met en doute ni le jugement ni la procédure en cours. Ensuite, la présidente de la Forsci, Pulchérie Gbalet ajoute que la jeunesse et les organisations de la société civile sauront gré à M. Alassane Ouattara.

Commentaires Facebook