Accueil International

Patrice Talon à nouveau face à un test de popularité

0

Le Bénin dispose, depuis le  mardi 05 juin 2018, d’un nouveau Code pénal. A l’étude depuis 2011, la loi N° 2018-15 portant Code pénal a en effet été votée par l’Assemblée nationale après plusieurs jours d’examen. Fort de 1007 articles, le document adopté par les députés comporte plusieurs nouvelles dispositions et apportent des réponses claires à certaines ambiguïtés de l’ancien code et criminalise de nouveaux délits. Parmi ceux-ci, c’est l’interdiction de la commercialisation de l’essence frelatée, communément appelée ‘’le kpayo’’ qui retient l’attention au regard de sa portée et qui devient une nouvelle épreuve pour le chef de l’Etat fragilisé par l’une de ses premières actions, le déguerpissement de l’espace public

L’article 929 de la loi 2018-15 portant Code pénal en République du Bénin stipule : « le commerce des carburants, notamment : essence super, essence tourisme, pétrole , mélange deux temps ainsi que celui des lubrifiants aux abords des rues , dans les agglomérations, et tout endroit autre que les dépôts et installations de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers ou des distributeurs agréés sont rigoureusement prohibés ». Dans l’article 930, les contrevenants à cette interdiction s’exposent à de sévères châtiments. Ils vont de la confiscation des produits pétroliers et des moyens utilisés pour les transporter aux peines fermes de prison en passant par les amendes dont la base est fixée à 100.000 FCFA et qui peuvent atteindre la double de la valeur des produits saisis. Mais aussitôt connues, ces nouvelles dispositions suscitent déjà des inquiétudes de la population notamment dans le rang des contrebandiers qui, disent-ils, risquent d’être jetés au chômage par cette nouvelle loi alors que  le Bénin ne dispose pas de stations-services en nombre suffisant pour desservir le parc automobile national et les centaines de milliers de motos en circulation dans le pays. Les Béninois posent également le problème de la disponibilité des produits pétroliers, notamment dans les stations-services publiques. Ils espèrent que les mesures seront prises très rapidement pour pallier  ces difficultés. Seulement, entre l’application de cette loi après sa promulgation, Patrice Talon devra choisir entre sa détermination des réformes et son obligation à se familiariser avec son peuple encore sous le choc des affres du déguerpissement. A faire le second choix risque de payer dure pour le chef de l’Etat surtout  en cette veille des élections législatives.

Charles HONVOH 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Nord Sud ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here