Home International Maurice Kamto : « j’ai dû faire mes besoins sur moi-même lorsqu’ils...

Maurice Kamto : « j’ai dû faire mes besoins sur moi-même lorsqu’ils m’ont arrêté »

Maurice Kamto : « j’ai dû faire mes besoins sur moi-même lorsqu’ils m’ont arrêté » | Benin Times
Maurice Kamto: « j’ai dû faire mes besoins sur moi-même lorsqu’ils m’ont arrêté »

Le garant de l’opposition camerounaise, Maurice Kamto revient sur les conditions pénibles de son arrestation en janvier au domicile de Albert Dzongang à Douala en révélant avoir été jusqu’à faire ses besoins sur lui-même. À l’en croire, il est encore loin de digérer les humiliations subites.

Le président du parti Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, lors de son passage sur la télévision privée Equinoxe Tv, a révélé les tristes conditions de son arrestation.


Selon les informations rapportées par CamerounWeb.com, voici un extrait du récit de Maurice Kamto:

 »Nous étions chez notre allié politique Albert Dzongang, on avait déjeuné ensemble et on attendait reprendre la route sur Yaoundé. Notre hôte est sorti et est revenu nous dire que la maison était encerclée par des forces de l’ordre. A un moment donné le délégué régional de la police du Littoral est entré en force avec ses éléments.

Ce qui m’a beaucoup frappé dans cette arrestation c’est que l’autorité policière est arrivé a avec une intention manifeste de nous humilier et je ne sais toujours pas pourquoi.

Ils sont entrés ont crié « où est Monsieur Kamto ? », Comme j’étais dans la chambre où se trouvait mes habits, ils ont frappé à ma porte je suis sorti et il parle a quelqu’un au téléphone. Il dit « Excellence on l’a eu, il se cachait sous le lit » alors que je ne me cachais pas du tout et je ne me cacherais jamais parce j’ai toujours dans ma vie assumé les conséquences de mes actes mais je crois que ça lui permettait de mousser un peu l’affaire et se donner de l’importance.

Bien plus, quand je lui demande est-ce que vous avez un mandat, parce que pour nous arrêter il lui fallait un mandat d’amener ou un mandat d’arrestation, il nous a sorti un mandat de perquisition qui ne mentionnait aucun de nos noms mais dit simplement qu’il faut perquisitionner chez Monsieur Albert Dzogang.

Je lui ai dit que ça c’est un mandat de perquisition, en général quand on perquisitionne c’est pour chercher un objet pas un être humain. Et là il m’a traité « Capacitaire ». J’ai compris qu’il voulait juste me faire sortir de mes gongs. Au moment où on descendait les escaliers de chez Monsieur Dzongang, un de ses éléments qui était derrière moi m’a donné un petit Push qui a failli me faire tomber dans les escaliers. Nous savons tous comment les escaliers peuvent être graves.

Ça s’est aggravé lorsqu’on est arrivé à la Police Judiciaire et on a décidé de nous transférer à Yaoundé (…) Il faut voir les conditions de transfèrement, nous sommes transférés menottés, et chemin faisant on est parfois interpellé par des besoins naturels. Je n’ai aucune honte de dire à mes compatriotes que nous avons dû faire nos besoins sur nous-même parce qu’on ne nous a pas enlevé les menottes. Je ne sais pas ce que j’ai fait au Cameroun pour mériter cela. »

Pour rappel, Maurice Kamtto et ses alliés ont été libérés le 05 octobre 2019 suite à leur arrestation depuis 28 janvier 2019.

Commentaires Facebook
Lire aussi  Putsch en Turquie: 87 membres des services de renseignement limogés (agence)