Accueil International

Les témoignages émouvants des autorités et des victimes suite à l’incendie du marché de Port Bouet

Les témoignages émouvants des autorités et des victimes suite à l’incendie du marché de Port Bouet | Benin Times
Les témoignages émouvants des autorités et des victimes suite à l’incendie du marché de Port Bouet

Un incendie s’est déclaré dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 juin 2019, au grand marché de Port Bouet, en face du commissariat du 5ème arrondissement de police.

Les autorités de la commune, le maire Sylvestre Emou en tête, et des commerçantes ont rendu des témoignages sur cet incendie maîtrisé par les sapeurs-pompiers militaires, ceux du 43ème Bima, de la SIR et du Port autonome.

Le maire de Port Bouet, Dr Sylvestre Emou, s’est rendu dans la matinée du mardi 25 juin 2019, au grand marché de la commune où un incendie s’est déclaré dans la nuit. Il a fait savoir qu’il a été alerté très tôt.

Selon Loukougnon Fulbert, directeur de cabinet du maire Sylvestre Emou, ils ont été alertés aux environs de 3h du matin par le commissariat du 5ème arrondissement. « Depuis 3h du matin, on a été alerté par le commissariat du 5ème arrondissement. On nous a annoncé que le marché était en feu. Comme nous n’habitons pas loin de là, nous avons couru pour venir voir. Effectivement, quand nous arrivions, les flammes étaient très hautes. Notre crainte était que les flammes n’atteignent pas le grand préau. Et nous avons mis notre machine de mobilisation en place. Nous avons pu contacter nos forces, les sapeurs-pompiers qui existent aussi bien sur le territoire que communal : les GSPM qui étaient déjà présents, mais surtout les sapeurs-pompiers du 43ème Bima, ceux de la SIR, du Port autonome d’Abidjan. Tous ont répondu massivement et se sont mobilisés, ils sont arrivés. Heureusement, le feu a été circonscrit. Nous sommes au stade du refroidissement », a-t-il déclaré.

Si le feu a été circonscrit, le directeur du cabinet du maire déplore cependant les nombreux dégâts matériels. « Et nous avons constaté avec désarroi que de magasins ont été touchés, mais heureusement que le grand préau n’a pas été touché. Pour l’instant, nous ne pouvons pas aller en détail dans l’évaluation des dégâts parce qu’il est tout à fait difficile d’atteindre le lieu de l’incendie. Nous attendons que la scène se refroidisse et que nous puissions avec nos services techniques et la police faire l’évaluation des dégâts. Le maire de la commune était en place avec toute la municipalité. A travers des coups de fil, nous avons pu mobiliser toutes les forces. Le feu est sous contrôle »

Loukougnon Fulbert a fait savoir que le commissariat de police du 5ème arrondissement qui se trouve juste en face du marché a pu mobiliser les autres forces pour sécuriser les lieux. « Vous savez qu’en pareille circonstance, des personnes mal intentionnées s’infiltrent. Donc ils ont sécurisé l’espace et empêché les populations et les commerçants qui avaient leurs box qui se trouvent dans le secteur et qui étaient impatientes d’accéder à ces box»

Pour Saré Brigitte, une commerçante de légumes et de condiments, la police a bien fait son travail. « J’étais ici à 3h10. D’après les gardiens, le feu s’est déclenché vers 1h du matin. Quand je suis venue, j’ai voulu rentrer, la police m’a empêché de rentrer. J’ai trouvé qu’ils ont bien fait leur travail. Sans eux, on n’aurait rien retrouvé ici. Parce que les bandits étaient prêts à voler, casser nos magasins et ramasser nos bagages. Mais grâce à Dieu, rien n’a été touché, sauf les marchandises brûlées ».

Quant à Mlle Prisca dont le salon de coiffure est non loin du lieu de l’incendie, elle était inconsolable. « Il y a mon salon de coiffure là-bas. Il y à peine deux mois, j’ai investi de l’argent pour l’arranger. J’ai souffert. Toute ma souffrance…Pendant des jours, j’ai jeûné, je n’ai pas l’argent, je n’ai personne pour me soutenir. J’ai souffert pour faire mon magasin. Ce matin, je viens et je vois que tout le marché est en feu. On dit que c’est vers chez moi qu’il y a le feu. Je vais aller voir là-bas pour savoir comment ça se passe. J’ai gardé 30 000 francs là-bas hier. J’ai mis beaucoup d’argent, près de 800 000 francs pour arranger le coin parce que j’ai pris le magasin qui était à moitié gâtée. J’ai tout arrangé. Tout mon argent est parti comme ça », se lamentait-elle.

Source : Rumeurs d’Abidjan.net

Cet article a été relayé par un programme informatique. Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook