Accueil International

La chanteuse Rose parle sans tabou de son addiction à la cocaïne

La chanteuse Rose parle sans tabou de son addiction à la cocaïne | Benin Times
La chanteuse Rose parle sans tabou de son addiction à la cocaïne

Dans son roman autobiographique intitulé « Kérosène » qui sortira en octobre, la chanteuse française Rose revient sans tabou sur ses problèmes de drogue. Elle reconnaît qu’elle a « acheté de la cocaïne par cinq grammes ».

En cette rentrée 2019, la chanteuse Rose revient sur le devant de la scène avec un 5e album et – surtout – un livre confession, tous les deux intitulés « Kérosène ». Dans son autobiographie à paraître aux Éditions Ipanema le 3 octobre, l’interprète raconte sa descente en l’enfer de la drogue après le succès fulgurant de sa chanson La liste en 2006.

Les extraits du roman obtenus par Télé-Loisirs montrent, en effet, que cette nouvelle gloire a été accompagnée d’heures sombres. Elle écrit « Désormais, j’achète de la cocaïne par cinq grammes. Parce que c’est moins cher, mais surtout je ne veux pas en manquer« .

Lire aussi  Bénin : Liste des députés désignés pour siéger dans les Parlements régionaux

La quadragénaire poursuit « Les nuits de fête sont souvent suivies de crises de boulimie. Il faut éponger, avec des quantités de choses sucrées, grasses. Comme je suis soit en soirée, soit en lendemain de soirée, je prends du poids. Ma vie, une gueule de bois généralisée ».

Ayant vaincu sa dépendance, Rose reconnaît désormais avec le recul : « Cette vie est le reflet de mon état psychologique très fragile. Le cercle vicieux est lancé. Et je fais de mon mieux pour qu’il s’installe confortablement. Je sombre. Et plus je sombre, plus je vais chercher la solution dans la « fête ». Dans la fête, mais pas seulement« .

Lire aussi  Voici ce que fait le groupe Game Kachet sur la tombe d'Arafat DJ (vidéo)

La chanteuse ne consommait pas excessivement uniquement de la cocaïne et la nourriture… Elle collectionnait aussi les rencontres. Elle explique « Je ne résiste pas au désir des hommes. Le simple fait de me savoir regarder, envisager, aimer, voulue, convoitée m’apporte du réconfort. Un réconfort éphémère, comme avec la drogue. On prend un shoot d’ego, ça assure, apaise un temps, bouscule le sang. Je leur suis reconnaissante de me désirer ».

L’artiste niçoise a aussi exploré ses démons en musique. Dans une vidéo présentant son album dont la sortie est prévue le 20 septembre, elle chante « Mon cauchemar, c’est celui de plein d’autres gens, sauf que c’est le mien. Que personne ne le soupçonnait. Même pas moi ».

Commentaires Facebook