Accueil International

Kenya : déclarée séropositive par erreur, elle raconte son calvaire

Kenya : déclarée séropositive par erreur, elle raconte son calvaire | Benin Times
Kenya : déclarée séropositive par erreur, elle raconte son calvaire

L’hôpital a commis une erreur sur son dépistage , ce qui l’a conduit à prendre à long terme, un traitement contre le Sida, car, elle a été déclarée séropositive par erreur. Un test VIH (par anglicisme, il est parfois appelé test HIV) a pour but de détecter la présence dans le corps humain du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (Sida).

Des centaines, voire des milliers de Kényans et d’Ougandais ont probablement été déclarés à tort porteur du virus du sida à cause de tests de dépistage erronés car trop rapidement réalisés. Ceux-ci s’effectuent en quinze minutes dans des centres de dépistage volontaire. Telles sont les conclusions inquiétantes d’une étude concernant 6 255 personnes en Ouganda et au Kenya.

Lire aussi  Drame : Il tue son beau père à coups de gourdin

Ann Wambui, la jeune femme victime de ces erreurs, avait été reconnu séropositive, au cours d’un examen de routine. En compagnie de son mari pour effectuer le test, ce dernier a rompu leur mariage à la tomber du résultat. Cette dame en plus d’avoir tout perdu, prenait des antirétroviraux depuis 2017. Au micro de NTV, elle n’a pas caché le calvaire qu’elle a vécu pendant cette période.

“Je me connaissais. Je savais que je n’étais pas malade. Chaque personne sait comment elle vit, si bien que je savais qu’il était impossible que je sois séropositive. Je me souviens qu’il y a eu un moment où je prenais du poison pour Rat, le mélangeait à de l’eau et essayait de le prendre”, affirma-t-elle.

Lire aussi  People : Menacé par Daesh, George Clooney se ruine pour protéger sa femme et ses enfants

En 2019, cette dame reprend son test de dépistage, qui s’avère cette fois-ci être séronégatif. Après plusieurs tentatives répétées, le résultat était le même. Elle était saine et en bonne santé. L’hôpital où elle a fait son premier test, refuse d’admettre son erreur malgré ll’œuvredu nouveau test.

« Ils ont affirmé que ma charge virale était faible et indétectable. Essentiellement, ils ne voulaient pas admettre leur erreur”, a déclaré Ann. Aussi, un employé affirme qu’au moment de faire son test, plusieurs outils étaient défectueux.

Commentaires Facebook