Accueil International

En Algérie, le nouveau Premier ministre tente de calmer les jeunes

0
Le nouveau Premier ministre algérien a promis de former un gouvernement comprenant des jeunes choisis parmi les leaders des récentes manifestations.

Le nouveau Premier ministre algérien a promis de former un gouvernement comprenant des jeunes choisis parmi les leaders des récentes manifestations.Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Le nouveau Premier ministre algérien, Noureddine Bedoui

Le nouveau Premier ministre algérien a promis de former un gouvernement comprenant des jeunes choisis parmi les leaders des récentes manifestations contre le maintien au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika.

S’exprimant lors de sa première conférence de presse depuis sa nomination survenue lundi, Noureddine Bedoui a déclaré que le futur gouvernement serait chargé de diriger le pays pour une courte période. Il n’en a pas précisé la durée.

La composition du gouvernement sera dévoilée « au plus tard la semaine prochaine », a-t-il annoncé, s’engageant à nommer une équipe de « technocrates » comprenant de « jeunes compétences, hommes et femmes » du pays.

Noureddine Bedoui a par ailleurs exhorté l’opposition à engager un dialogue avec la majorité.

« Nous avons entendu le message des jeunes »

Selon l’Agence France-Presse, les manifestants ont réagi aux promesses du Premier ministre, affirmant qu’ils n’étaient pas prêts à faire des compromis avec le gouvernement ou à négocier avec ses dirigeants.

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

« Nous avons entendu le message de la jeunesse algérienne », a déclaré M. Bedoui lors de sa conférence de presse.

« Nous avons entendu le message de la jeunesse algérienne », a déclaré M. Bedoui lors de sa conférence de presse, en présence du vice-Premier ministre Ramtane Lamamra.

« Il faut sortir de cette crise de manière calme et veiller à la stabilité du pays », a poursuivi le Premier ministre nommé par Abdelaziz Bouteflika à la suite des manifestations contre sa candidature à l’élection présidentielle pour un 5ème mandat.

M. Bouteflika a reporté sine die l’élection présidentielle du 18 avril et a promis de tenir une conférence nationale en vue de l’adoption d’une nouvelle Constitution.

La date du scrutin sera fixée de nouveau lors de cette conférence, selon le chef de l’État. Au pouvoir depuis 20 ans, il est contesté par des milliers de jeunes qui tiennent, depuis le 22 février, des rassemblements monstres contre sa candidature à un 5ème mandat.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « BBC ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here