Accueil International

Égypte : L’armée appelle à la destitution du président Al-Sisi

Égypte : L'armée appelle à la destitution du président Al-Sisi | Benin Times
Egypte: L'armée appelle à la destitution du président Al-Sisi

Selon un rapport de Al-Khaleej Online, les officiers de l’armée égyptienne ont lancé lundi, un appel au peuple de descendre dans les rues pour mettre un terme au régime du président Abdel Fattah Al- Sisi.

Le Front des officiers égyptiens, qui revendique sa loyauté à l’ancien chef d’état-major des forces armées égyptiennes, le lieutenant général Sami Anan, a déclaré qu’il protégerait les manifestants. Le front a publié sur sa page Facebook, que l’armée empêchera les manifestants d’être exposés au danger exactement comme elle l’a fait le 25 janvier 2011, lorsque le régime de Hosni Moubarak a été renversé. Le Dr Mahmoud Refaat a été nommé par le groupe d’officiers comme porte-parole de Sami Anan. Les officiers ont demandé à tout le monde de contacter le Dr Mahmoud Refaat pour avoir des informations selon le middleeastmonitor.

Lire aussi  Nigeria: négociations entre gouvernement et rebelles minées par les attaques dans la région pétrolière

Refaat a acquiescé les informations et annoncé qu’il rendra public les noms des officiers chargés de protéger les manifestants. Il les a appelés « les honorables officiers de l’armée égyptienne » selon la même source. Il faut rappeler qu’il est reproché au régime du Président Abdel Fattah Al- Sisi, la corruption généralisée du régime. Cela a été dénoncé par un homme d’affaires.

Le président a nié en bloc ces allégations en disant que « ce sont des mensonges et ils ont pour but de briser la volonté des Égyptiens et de leur faire perdre toute espoir et toute confiance en eux-mêmes ». L’Égypte vit sous état d’urgence et les mouvements d’opposition et de contestation y sont interdits en vertu d’une loi adoptée en 2013, après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée, à la tête de laquelle se trouvait alors le général Sisi. Le régime mène une répression sans merci contre l’opposition, emprisonnant des milliers d’islamistes, de militants ou encore de blogueurs. Néanmoins, vendredi, des milliers de manifestants avaient envahi les rues du centre du Caire et de plusieurs autres villes.

Commentaires Facebook