Accueil International

Crise politique, vers un retour des manifestations au Togo

0

 

Les opposants dans les rues de Lomé le 6 septembre 2017
Les opposants dans les rues de Lomé le 6 septembre 2017 // DR Facebook Farida Bemba Nabourema

(APN) – La coalition de l’opposition a décidé, à l’ouverture du dialogue, de suspendre les manifestations à la demande du président ghanéen. Néanmoins, elle estime que face au refus du parti au pouvoir de respecter ses engagements, de nouvelles marches sont à prévoir du 11 au 14 avril.

Le dialogue de sourds continue au Togo et la coalition de l’opposition envisagerait donc de recommencer les manifestations, au grand damn des autorités au pouvoir. Les 14 partis de l’opposition accusent le gouvernement togolais de ne pas honorer ses promesses. À la genèse du dialogue politique, l’opposition togolaise a décidé de faire une trêve. Et dans les conditions mises sur la table afin de poursuivre les pourparlers, elle demandait de suspendre le processus qui doit conduire aux prochaines législatives.

L’opposition appelle à de nouvelles manifestations

Un communiqué de l’opposition fustige la conduite du gouvernement susceptible d’amplifier le climat délétère. « Face au dilatoire et au refus du régime de respecter ses engagements pris en présence du facilitateur, notamment la mise en place des mesures d’apaisement, l’arrêt des préparations unilatérales de consultations électorales, la Coalition des 14 partis de l’opposition invite toutes les populations togolaises à prendre part aux grandes manifestations nationale qu’elle organise, mercredi 11, jeudi 12 et samedi 14 avril 2018 » peut-on lire dans la publication.

Aussitôt, les autorités togolaises ont renvoyé la balle à l’opposition l’accusant de ne pas respecter les recommandations de Nana Akufo. Ces marches ont donc été interdites peu après la publication du communiqué.

Huit mois après le début de la crise, les deux parties prenantes se sont rendues ce lundi à Accra afin de poursuivre les travaux. Pour le moment, rien n’indique une probable sortie de crise, les deux camps ne voulant pas laisser du terrain. Le facilitateur se retrouve quant à lui face à une situation délicate avec une marge de manœuvre limitée.

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here