Accueil International

Condamnée pour avoir voulu voir un match en direct au stade, une jeune femme iranienne se donne la mort par immolation

Condamnée pour avoir voulu voir un match en direct au stade, une jeune femme iranienne se donne la mort par immolation | Benin Times
benintimes-condamnee-pour-avoir-voulu-voir-un-match-en-direct-au-stade-une-jeune-femme-iranienne-se-donne-la-mort-par-immolation

Sahar est le nom de la jeune fille qui s’est immolée par le feu devant l’une des antennes du ministère de la Justice à Téhéran suite à sa condamnation. Elle a finalement rendu l’âme à cause de ses nombreuses blessures après avoir été admise en soins intensifs à l’hôpital Motahari suite aux brûlures de troisième degré soit 90% de son corps, où elle a fini par succomber.

En effet elle était accusée de défiance au code vestimentaire féminin iranien, et d’offense aux forces de l’ordre, suite à sa volonté de vouloir suivre en direct un match de football ce qui est contraire aux lois iraniennes.

Ainsi, la jeune fille aurait été touchée dans son amour propre. Selon les faits rapportés par sa sœur, cet acte serait justifié par le trouble bipolaire auquel était en proie sa sœur. « Ma sœur s’est brûlée parce qu’elle était dans un état mental et émotionnel très mauvais. » Elle poursuit en disant que sa sœur choisirait de mourir que d’être à nouveau privée de liberté comme elle l’était depuis son arrestation. « Après avoir été envoyée à la prison (Qarchak) de Varamine, ma sœur était terrifiée et blessée émotionnellement jusqu’à sa libération sous caution. Ils sont allés au tribunal pour reprendre son portable. Là, quelque chose s’est passé et elle a entendu dire qu’elle devait rester en prison ». Tels étaient les propos de la sœur de Sahar face à l’acte posé par sa sœur devant la presse officielle ROKNA.

Lire aussi  Côte d’Ivoire : les révélations d’un proche d’Arafat Dj sur son arrestation à Abidjan

Ce fait a laissé place à des vagues de plaintes contre cette coutume qui considère comme un péché le fait qu’une femme aille voir un match en direct au stade. À ce propos le procureur général iranien, Mohammad Jafar Montazeri  affirmait : « Quand une femme se rend au stade et voit des hommes à moitié nu vêtus de vêtements de sport, le péché est commis ».

Commentaires Facebook