Home International Athlétisme, Michael Johnson : « Je me suis demandé si je pourrais remarcher...

Athlétisme, Michael Johnson : « Je me suis demandé si je pourrais remarcher un jour »

Athlétisme, Michael Johnson :
létisme. Michael Johnson : "Je me suis demandé si je pourrais remarcher un jour"

Quadruple champion olympique et octuple champion du monde, l’ancien sprinteur américain Michael Johnson s’est confié à nos confrères de L’Équipe dans une interview publiée ce mardi 5 mars. Il y revient sur son combat pour la vie après avoir été victime d’un AVC.

C’est une légende de l’athlétisme mondial. Un sportif que l’on pensait invincible, peut-être d’ailleurs le croyait-il lui-même. Mais le 31 août dernier, Michael Johnson a cru voir sa dernière heure arriver. Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) à 50 ans, l’Américain détenteur pendant 17 ans du record du monde du 400 mètres (en 43.18 secondes lors des championnats du monde de Séville en 1999) a dû patiemment et méthodiquement travailler pour retrouver ses facultés physiques.

Lire aussi  Exécutions sommaires dans le nord du Cameroun : nouveau renvoi du procès de 7 militaires

 « Il y a un an, j’étais incapable de marcher après avoir subi un AVC. Grâce au mental appris en tant qu’olympien, je courais à nouveau deux mois plus tard !« , écrit-il en statut. Michael Johnson ajoute : « Le guérison était difficile. Je ne suis pas étranger au dur labeur. Mais il a fallu que j’accepte d’être faible physiquement et de recevoir de l’aide d’autres personnes. Avec du soutien, un état d’esprit de gagnant ET une volonté d’affronter nos propres défauts, nous pouvons tout surmonter !« 

En rendant publique cette épreuve, l’ex-champion espère aider d’autres victimes dans leur combat. « Dès le premier jour de ma rééducation, quand j’ai commencé la physio, j’ai su que je m’en remettrais complètement. (…) Je sentais, derrière mon déambulateur à parcourir 200 mètres en dix minutes, que chaque geste que je faisais, même minuscule, était un progrès dans la bonne direction.

Je ne pense pas qu’un patient ‘normal’ puisse ressentir cela, il cédera plus facilement à la frustration, au découragement, alors que moi, en tant qu’ancien champion, je connais la valeur de chaque mouvement. Je peux donc enseigner aux autres patients comment mieux se concentrer sur leur rééducation. » Une façon pour Johnson de passer le témoin, lui qui l’a si souvent fait avec brio sur les pistes d’athlétisme.

Commentaires Facebook