Home International Arrah : 9 élèves chicottés prennent leur revanche sur un enseignant et...

Arrah : 9 élèves chicottés prennent leur revanche sur un enseignant et sont arrêtés

Arrah : 9 élèves chicottés prennent leur revanche sur un enseignant et sont arrêtés | Benin Times
Arrah : 9 élèves chicottés prennent leur revanche sur un enseignant et sont arrêtés

La vengeance est faite à chaud pour les neuf élèves d’Arrah, arrêtés par la population et conduits à la cour de Nanan Tehoua. Celle-ci leur a permis d’apprécier la saveur du fouet ancestral, le célèbre « n’gblé » sur leurs dos.

Se préparant à se venger, les neufs larrons ont vite fait d’apprendre que c’est un de leurs enseignants qui les a dénoncés. Ils l’ont roué de coups et entraîné une hospitalisation urgente de ce dernier qui, à son tour, a saisi la police. Celle-ci a procédé à l’arrestation des mis en cause. Dans la nuit du jeudi 12 décembre, ils croupissent dans le cachot du commissariat de police d’Arrah en attendant leur transfert vers le tribunal compétent.

Lire aussi  Drame : Une institutrice et sa fille périssent dans un incendie dans leur maison

Ces neuf élèves ont essayé de faire sortir leurs camarades d’un établissement privé dans le but d’anticiper le départ en congés de Noël, officiellement fixés au 20 décembre prochain. Comme depuis quelques années, ces élèves ont remis le couvert de ces violences depuis le 5 décembre dernier. Trois morts sont à dénombrer à Daloa, Dimbokro et Anyama. 89 élèves ont été arrêtés, 56 déférés pour être jugés, a annoncé le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général Vagondo Diomandé qui assistait Kandia Camara lors d’une conférence de presse le mercredi 11 décembre dernier.

À Arrah où ces neuf élèves ont tenté cette aventure, la population s’est saisie d’eux et les a conduits chez le chef de village qui a ordonné leur bastonnade publique, à l’aide du fouet, le « n’gblé« . Après avoir reçu de bons coups bien ajustés, ils ont promis ne plus recommencer. Cependant, ils avaient à cœur de se venger et sont donc passés à l’acte. Néanmoins, la question est de savoir qui a dénoncé cet enseignant.

Lire aussi  Au moins 43 civils tués en quatre jours à Beni

Une enquête devrait fait connaître ce traître pour qu’il subisse pour complicité, la rigueur de la loi suivant l’article 27 du Code pénal ivoirien. L’auteur de l’acte délictueux et son complice sont frappés de la même peine.

Commentaires Facebook