Home International Afrique du Sud : une mère accusée d’avoir coupé le pén*s d’un...

Afrique du Sud : une mère accusée d’avoir coupé le pén*s d’un homme qui aurait violé et tué sa fille de cinq ans

Afrique du Sud : une mère accusée d'avoir coupé le pén*s d'un homme qui aurait violé et tué sa fille de cinq ans | Benin Times
Afrique du Sud : une mère accusée d'avoir coupé le pén*s d'un homme qui aurait violé et tué sa fille de cinq ans

C’est une histoire qui s’est déroulé en Afrique du Sud, il n’y pas longtemps. Une mère de 23 ans, emportée par la colère de la perte tragique de son enfant, a coupé le pénis de celui qui était le responsable, puisque sa fille a été violée par ce dernier.

« Ce jour, j’allais au magasin avec ma sœur aînée. Je l’ai laissée avec mon amie qui habitait avec nous, parce qu’elle était malade. Quand nous sommes rentrées du magasin, ma fille n’était pas là. Nous l’avons cherchée partout mais à la tombée de la nuit, nous avons arrêté les recherches », a déclaré Makwena.

« Ce qui m’a étonnée, c’est que je pouvais voir les chaussures de Chantelle devant la porte. Elle ne sortait jamais sans ses chaussures. »

Lire aussi  Nigeria : une jeune fille témoigne de comment elle a été forcée à la prostitution dès ses 10 ans

Le lendemain de sa disparition, le corps de la petite a été retrouvé couvert de sang et abandonné sur le siège d’une toilette près de leur domicile.

Mercredi, Makwena a comparu devant le tribunal de première instance de Port Elizabeth avec sa belle-sœur, Noxolo Maneli. Les deux femmes, ainsi que leur amie Siyabonga Pakade sont accusées de tentative de meurtre.

Elles sont accusées d’avoir agressé et coupé le pénis de l’homme qu’elles croient avoir violé et tué Chantelle.

Les trois femmes ont été arrêtées en septembre dernier et gardées en détention pendant deux semaines.

Cette affaire a suscité beaucoup d’attention et elles ont par la suite été libérées sous caution grâce à l’aide de personnes qui avaient entendu parler de leur histoire sur différentes plates-formes.

Lire aussi  Merkel arrive au Caire pour parler Libye, migration, coopération

L’avocat Fundile Matoto a décidé de représenter les trois femmes. Ce dernier se dit préoccupé par les accusations portées contre elles.

« À mon avis, c’est une affaire de voies de fait, tout au plus, de lésions corporelles graves. »

Il a également dénoncé le fait que personne n’a été arrêtée pour le viol et meurtre de Chantelle, bien que des échantillons d’ADN aient été prélevés le jour où son corps a été découvert.

L’affaire a été reportée au 6 février 2020 pour une enquête plus approfondie.

La porte-parole de la police, le colonel Priscilla Naidu, a confirmé qu’aucune arrestation n’avait été effectuée.

« Nous attendons toujours les résultats de l’analyse ADN », a-t-elle déclaré.

Commentaires Facebook