Home Insolites Une femme fuit son foyer après avoir empoisonné 10 fois son mari...

Une femme fuit son foyer après avoir empoisonné 10 fois son mari qui vit toujours

Une femme fuit son foyer après avoir empoisonné 10 fois son mari qui vit toujours | Benin Times
Une femme fuit son foyer après avoir empoisonné 10 fois son mari qui vit toujours

Un Zambien de 38 ans et commerçant de son état est la bête noire de sa propre femme dans sa résistance aux multiples empoisonnements. Dans le but de s’approprier sa fortune et d’en profiter avec son amant, Elisabeth Lunda, une Zambienne a empoisonné 10 fois son époux en vain. Elle a finit par quitter le foyer de honte.

Dans la ville de Ndola en Zambie, Frédéric Musunga ne s’est jamais retenu de manger tous les plats que lui servaient son épouse. Sa propre mère qui est une grande tradipraticienne lui avait protégé contre tout type de poison. Ce que sa femme ignorait.

Lire aussi  Un chef demande aux “sorciers” d’utiliser leurs “pouvoirs” pour développer le village

À ses 38 ans, Frédéric Musunga est un grand commerçant de la ville qui parfois s’absente des jours de sa maison pour d’autres villes de la Zambie. Une occasion pour sa deuxième épouse de le tromper avec un homme de 26 ans. Un amant qui au jour le jour a commencé à avoir une fixation sur la fortune et les biens de Frédéric. Ensemble avec sa maîtresse, ils ont élaboré un plan d’élimination par empoisonnement de Frédéric qui a échoué. Frédéric Musunga a résisté à toutes les dix tentatives sans demander des explications à son épouse.

Lire aussi  « Ne vous mariez pas à des hommes au chômage », pasteur Adeboye s’adresse aux femmes

À chaque fois, qu’il mangeait un plat empoisonné, Frédéric le savait par les réactions de son anti-poison, mais rassuré d’être en sécurité, il vidait toute l’assiette. Son silence et surtout son insistance à sa femme à continuer à lui servir ces plats spéciaux ont poussé cette dernière à quitter le foyer conjugal précipitamment. Une fois dans sa famille, elle a accusé son époux d’être un sorcier.

Commentaires Facebook