Accueil Economie

Port autonome de Cotonou : Une nouvelle grille salariale fait polémique

Port autonome de Cotonou : Une nouvelle grille salariale fait polémique | Benin Times
Port autonome de Cotonou : Une nouvelle grille salariale fait polémique

Va-t-on vers la liquidation d’un autre acquis des travailleurs au Port autonome de Cotonou (Pac) ? Les autorités du Port of Antwerp International (PAI) qui ont en charge la gestion déléguée du Port autonome de Cotonou sont sur la piste de la dénonciation de la convention collective qui régit les travailleurs. Chose que refuse le Syntrapac. Hier, jeudi 25 juillet 2019, lors d’une Assemblée générale debout tenue à la direction générale, les travailleurs ont eu droit à un exposé sur le contenu de la nouvelle convention qui, si elle est adoptée, sera désormais appliquée aux agents du Pac.

En prélude à l’avènement d’une gestion déléguée du Port autonome de Cotonou, les travailleurs ont été rassurés aussi bien par le ministre de tutelle que par le président du Conseil d’administration de ce que les nouvelles autorités du Port d’Anwers ne remettront pas en cause la convention collective des agents du Port de Cotonou. C’est pourtant ce qui est sur le point d’être fait. Hier, au cours de l’Ag debout organisée pour recueillir l’avis des travailleurs sur la nouvelle proposition de grille salariale concoctée par l’administration portuaire, le Dg/Pac Joris Albert Thys et son adjoint (le Dpsei) ont présenté le contenu de la nouvelle convention qui, si elle est acceptée, devrait désormais régir les travailleurs. Des points saillants, on retient la suppression des primes à l’exception de deux, la prime de rendement et la prime de nuit. Toutes les autres primes seront incluses dans le salaire qui ne va pas descendre, quelle que soit la catégorie. La prime de rendement sera fortement augmentée par an après deux évaluations. Pour chaque nuit passée, il y aura 20% de plus appliqué au salaire de base. Le minimum d’augmentation mensuelle sera de 5%. Il n’y aura pas de changement de catégorie à cause de changement de la grille salariale. Les gens qui n’ont pas le diplôme pour être dans un job précis peuvent quand même avoir ce job s’ils ont l’expérience pour le faire. Pas d’inflation dans la convention actuelle. Si les prix augmentent pour raison économique, les salaires ne vont pas augmenter. La direction a fait en sorte de garantir un train de vie qui reste lié au coût de vie au Bénin, etc. Selon les explications du Dg Joris Albert Thys, ce qui sous-tend cette réforme de la convention, c’est la dynamique de développement du Port. « Quand nous sommes arrivés, on a constaté que les choses ne marchent pas comme cela se doit. Il y a un manque de décision. Ensemble, on a réussi des choses mais on peut faire beaucoup plus. On veut un port qui fonctionne avec des gens motivés. On a fait des propositions dans votre intérêt », a-t-il laissé entendre.

Lire aussi  Budget de l’Etat exercice 2017 : Remarques sur les infrastructures routières, ferroviaires et aériennes

Présenté comme ça, on peut se demander que craint alors le Syntrapac ? La réponse est venue de la bouche de son secrétaire général Urbain Kanlinsou. « Il nous a expliqué tout ça, nous avons fait des simulations et c’est défavorable pour les travailleurs », a-t-i lancé sous un tonnerre d’applaudissement juste après l’exposé du Dpsei. Pour lui, en réalité il n’y a pas d’augmentation de salaire. C’est juste les primes que percevaient les agents qui ont été rajoutées au salaire de base. S’agissant de la prime de rendement qui a été maintenue, Urbain Kanlinsou a fait comprendre que le mérite est aléatoire et c’est 1% l’an de la masse salariale par rapport au chiffre d’affaires. « Autre chose que le Dpsei a oublié lorsqu’on rentre dans la révision, lorsque nous faisons 7 ans en E4, on peut aller en M, il n’y a plus ça. Lorsqu’on est à 10 ans de sa retraite, la promotion qu’on fait à ce niveau, il n’y a plus ça. (…) Et ce qu’il a oublié de dire c’est qu’on veut toucher à l’indemnité de licenciement (protestation du  Dpsei). La prime de licenciement sera revue et tel qu’ils sont en train de parler, c’est la convention générale qui sera appliquée. Cela signifie que c’est sur cette base que le Port calcule l’indemnité à la retraite », a laissé entendre Urbain Kanlinsou comme pour attirer l’attention des travailleurs sur les griefs du Syntrapac contre le projet de révision de la convention actuelle. Pour lui, l’augmentation annoncée des salaires n’est rien d’autre qu’un appât. « Si nous rentrons dans ce système et que nous mordons à cet appât-là, c’est que nous n’aurons plus l’indemnité de départ à la retraite comme nous l’avons. Nous voulons seulement l’augmentation de la grille et non la révision de la convention. (…)Si nous adhérons à ça c’est que nous acceptons nous-mêmes de dénoncer notre convention collective. Et le danger qui nous guette dans une dénonciation, vous n’êtes pas sûr de gagner parce qu’il faut aller négocier. Et tel que je vois la situation du pays, ce n’est pas si évident », a conclu Urbain Kanlinsou. Mais avant, il a invité ses collègues à prendre eux-mêmes la décision qui leur convient, l’Ag étant souveraine. La majorité des travailleurs ont opté pour le maintien de la convention actuelle. Cependant, ensemble ils ont décidé de prendre le temps pour étudier en profondeur la proposition de la direction générale et mandaté le Syntrapac pour la poursuite des négociations.

Lire aussi  Marché de micro :Adrien HOUNGBEDJI signe la décision d’une commission d’enquête

B.H

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook