Accueil Economie

Augmentation du prix du ciment : Le ministre du commerce a rusé face aux députés

1

La tonne de ciment ne sera plus jamais vendue au prix normal habituel. A moins que le gouvernement en décide autrement. Tenez ! Au prix d’avant l’augmentation, il faudrait désormais débourser 2.700 Francs de plus pour acquérir une tonne de ciment. Cela est dû à une taxe spéciale que le gouvernement fait payer aux acheteurs de ciment par le biais des producteurs.

A la dernière plénière parlementaire consacrée aux questions orales et d’actualités, le ministre du commerce et de l’industrie a décliné la totale responsabilité du gouvernement dans l’augmentation du prix du ciment. Il a affirmé même avoir tenu une séance de travail avec les cimentiers où il leur a été imposé le prix normal de vente auquel le ciment se vendait. Cependant, toute en ‘’imposant le prix de vente’’ le ministre est bien conscient que le marché est libre. Mais là n’est pas le problème. Au moment où tous les citoyens s’accordent à admettre que le volet social est en berne dans les actions du gouvernement de la Rupture et que le Fonds monétaire international recommande au gouvernement de faire plus d’efforts dans le volet social, le régime actuel se fait le plaisir de ressusciter une vieille redevance antisociale que l’ancien gouvernement avait supprimée. Il s’agit de la redevance sur le ciment. Selon nos investigations, le montant total de cette redevance est de 2.737 francs par tonne de ciment localement produit ou importé. Il est à mentionner que depuis quelques années le Bénin n’importe plus le ciment. Au contraire, il en exporte. Par rapport à la redevance, il est dit que les modalités de recouvrement sont les mêmes que celles relatives à la Taxe sur la valeur ajoutée. En termes claires, l’acheteur paye la redevance au vendeur. Ce dernier la récupère et verse les fonds au Trésor public. Dans ce contexte, le ministre peut-il dire que le gouvernement n’est pas du tout responsable de l’augmentation du prix du ciment tel qu’il l’a fait savoir au Parlement ? La seule condition pour que le prix de la tonne revienne à la normale, c’est-à-dire au prix d’avant la flambée, est que le gouvernement de Patrice Talon supprime la redevance ressuscitée. Le ministre a promis de « constater par voie de presse pour montrer à la population qu’à aucun moment, le gouvernement n’a contribué ou n’a autorisé une augmentation quelconque du prix du ciment. ». La presse attend ce moment pour en savoir plus sur ladite redevance et comment le gouvernement entend aider le cimentier qui éprouve des difficultés, à résoudre ces difficultés au grand bonheur des travailleurs de la chaîne du ciment.

Worou BORO

Source : aCotonou

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Acotonou ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

1 COMMENTAIRE

  1. pour ma part je suggère au gouvernement qu’en cas d’entêtement des cimentiers de revenir sur le prix du ciment, de libéraliser le commerce du ciment. Car le ciment de Dangoté est à côté et est à moins de 50000f. Pourquoi ne devons-nous pas profiter de cette opportunité. Pensez-y.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here