Accueil Culture

Festival international de Marionnette ‘’Téni Tédji’’ : Jude Zoumènou Tient bon sans financement du Fac

Le festival de Marionnette ‘’Téni Tédji’’ organisé chaque année par l’entrepreneur culturel, Jude Zounmènou, est à sa neuvième édition. Les rideaux des manifestations sont ouverts mercredi 19 décembre 2018 à l’espace culturel ‘’Ouadada’’ à Porto Novo.

Le grand rendez-vous de divertissement est encore là. Jude Zounmènou et les marionnettistes locaux ont de nouveau envahi Porto Novo pour soixante-douze heures d’animation et de défoulement du public à travers la ville.  Mais pour le compte de la journée du mercredi, l’heure était à l’ouverture officielle des activités entrant dans le cadre de cet événement d’envergure. Entre deux prestations artistiques et culturelles données par les Leaders solidaires de Mèdédjonou et la compagnie de marionnette ‘’Gnonnou Kanhoto’’ (Femme battante en langue fongbé), les trois coups solennels de gon ont été donnés conjointement par le représentant du ministre, Koffi Attédé, le délégué général du festival, Jude Zounmènou et le responsable de l’espace ‘’Ouadada’’.  Ce festival met en valeur les marionnettes par le truchement d’une multitude d’arts. Entre autres, le théâtre, la danse, la musique pour ne citer que ceux-là. A en croire Jude Zounmènou, le festival ‘’Téni Tédji’’, depuis neuf ans qu’il est créé a reçu l’adhésion des fils et filles de la cité des Aïnonvi, Porto Novo, qui l’ont adopté et en font même déjà leur événement. Et c’est d’ailleurs ce qui a justifié l’engouement qu’il y a eu autour pendant la cérémonie d’ouverture où l’espace ‘’Ouadada’’ était pratiquement restreint pour contenir visiteurs et festivaliers.

Sinon…

 

Si le promoteur devrait compter sur le financement du Fonds des arts et de la culture avant de rallier la foule autour de son art, « on allait faire échec total » va-t-il faire savoir avant d’ajouter que l’événement n’a rien reçu du guichet national (Fac) malgré toutes les démarches administratives menées en vain. Donc aucun soutien du ministère de la culture. « Alors que ce festival est aujourd’hui un label prisé par les expatriés. Mais les gens ont préféré mettre de l’argent dans des festivals qui s’organisent dans des cases », souligne Jude Zounmènou. « Cette neuvième édition du festival ‘’Téni Tédji’’ est une édition de résistance », appuie le directeur des arts et du livre, Koffi Attédé, représentant le Ministre du tourisme de la culture et des sports. Une manière de signifier que le promoteur et son équipe ont tenu bon malgré le manque de volonté  politique pour accompagner cet événement qui, mine de rien, constitue aujourd’hui une vitrine pour le tourisme béninois. Néanmoins, cet état de chose n’a pas émoussé l’ardeur des organisateurs. Le festival se tiendra, certes, avec uniquement les acteurs locaux mais sur au moins quatre communes de la ville qui l’accueille avec des spectacles riches en lumière et en images.

Teddy GANDIGBE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook