Accueil Culture

Exposition conjointe : Sica Yaovi et Stéphane Bossa touchent le divin en l’homme



Une spéciale exposition s’est déroulée dans la haie vive mercredi 20 février 2019. Deux artistes photographes, Sica Christelle Yaovi et Stéphane Bossa, ont combiné leurs efforts pour donner une expression au divin qui est en l’homme. 

« Le divin féminin », est le thème principal qui a sous-tendu la réalisation des œuvres présentées par  l’artiste franco béninoise Sica Christelle Yaovi en collaboration avec Stéphane Bossa alias ‘’Boss’art’’. A travers des titres tels que : Sagesse, protection, complicité, sensualité, persévérance, solidarité, bienveillance, amazone et autres, les deux artistes ont conjugué une philosophie particulière pour faire ressortir le divin qui anime le commun des mortels.

L’exposition dans un premier plan a rendu hommage à la femme. Et le thème qui lui sert de socle en est une expression vivante. « Nous sommes dans une société patriarcale où c’est l’homme qui est souvent mis au-devant de la scène. (‘’La femme n’est pas un vagin sur pâte’’ écrit l’artiste Sica Yaovi Christelle).  C’est pour cela qu’à travers cette exposition j’ai voulu mettre un peu la femme en lumière. Ça ne veut pas dire que j’oublie l’homme. Je suis mère d’un garçon donc je rends autant hommage à l’homme qu’à la femme » souligne Christelle. En ce qui concerne les œuvres, la matière de base est la photographie à laquelle la peinture a été appliquée. Des œuvres qui portent en elles une luminosité captivante.

Faites des couleurs nostalgiques qui renvoient à un songe ou à un souvenir, les œuvres des deux artistes piquent au vif les admirateurs et plonge facilement l’esprit dans un monde supérieur. De la peinture à huile pétrie de pigments le tout appliqué des photographies expressives de femme à moitié nue, aux yeux bandés, les œuvres affichent l’aspect inconnu de la femme, celui du divin qu’elle incarne.

Stéphane Bossa est, lui, un photographe hors classe au départ. Mais grâce au coup de pousse de Christelle, il fait ses premiers pas dans le monde des arts plastiques et devient aussi ce qu’il convient d’appeler photographe-peintre.

 

Teddy GANDIGBE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook