Accueil Culture

Cauris à l’assaut !

0

Chronique:

Cauris à l’assaut !

Angelo Dossoumou

Des verts en force à Parakou. Autour de leur leader charismatique, pour une renaissance, les Fcbe ont sorti l’artillerie lourde. La mobilisation était de taille. Le ton cinglant. A l’arrivée, dans la cité des Kobourou, les Cauris ont fait forte impression et leur mue. D’une Alliance, et ça on le savait, ils sont passés à un parti politique unique. Le nom Fcbe reste.

Et désormais, au-devant du navire des Verts, il y a un altruiste Boni Yayi et un indigné Valentin Djènontin. Comme un signe, ce sont ces deux ‘‘Pasteurs’’ qui conduiront la troupe Fcbe à la conquête de l’électorat pour les défis 2019, 2020 et 2O21. Bien vrai qu’au sein du bureau exécutif national du tout nouveau parti, des personnalités, et pas des moindres, sont à signaler. D’anciens ministres et cadres sont là. Des députés, il y en a. Malgré une alliance Fcbe phagocytée par de nombreux départs vers la rivière ‘‘Rupture’’, la messe des Verts à Parakou aura été, du moins au vu des images, une démonstration de force.

Pour de vrai, l’opposition a un visage plus rayonnant. Avant même la réforme du système partisan, elle s’organise, se renforce. Et quand la Rupture voit ces signes, elle devrait savoir qu’en 2019, 2020 et 2021, elle aura fort à faire. Mais au Bénin, on ne le sait que trop. Entre la foule et un peuple entièrement acquis, il y a un monde. Alors, ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

A priori, avec les départs de taille et l’avantage du pouvoir du côté de la Rupture, l’hégémonie des Fcbe n’en devrait plus être une. Mais, sait-on jamais. D’ailleurs, le contexte en 2016 n’est plus le même. De la Marina à l’opposition et de l’opposition à la Marina, l’eau a coulé sous le pont. Tellement qu’il serait prétentieux d’affirmer tout de go qu’au grand jamais, le bourreau ne deviendrait l’Ange et l’Ange, le bourreau. En plus, il est dit que davantage, le Béninois vote contre X que pour Y. Par ici, on aime le vote sanction. Allez-y comprendre quelque chose.

N’oublions d’ailleurs pas qu’en 2016, l’épouvantail Fcbe+Rb+Prd n’a pas pesé bien lourd devant la machine à broyer du chantre du Nouveau départ. Alors, seul baromètre pour véritablement évaluer le poids électoral des Fcbe à l’ère de la Rupture, les élections. Premier test, les législatives de 2019. Ensuite, les communales et municipales de l’année d’après. Et enfin, l’examen de passage à la présidentielle de 2021.

Déjà, nous sommes à un an des prochaines joutes électorales. Un an, c’est si proche et si loin. En un an, bien d’avis peuvent changer. Et surtout, en un an, il dépendra de la gouvernance ‘‘rupturienne’’, si le vert caractéristique et le cauris de fortune sont toujours au rendez-vous de l’attelage Fcbe.

En attendant, Yayi est de retour. Le ton belliqueux en moins et une posture, sans doute, politiquement calculée, il a été la grosse sensation du week-end. Mais, demain est un autre jour. Aujourd’hui, les Fcbe, avec la bénédiction de ces Pasteurs, n’ont pas d’autre choix que de renaître de leurs cendres. Autrement, ils ne seront plus une force et malgré eux, le Bénin de Talon émergera !

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Les pharaons ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here