« Révolution Orange » : les abonnés frustrés de Moov et MTN...

« Révolution Orange » : les abonnés frustrés de Moov et MTN jubilent déjà

12
PARTAGER

La rumeur est vieille de quelques années déjà. Maintes fois annoncée mais jamais devenue réalité, l’arrivée d’un nouvel opérateur mobile de norme GSM au Bénin serait désormais dans une phase irréversible. L’opérateur Orange (Ex France Télécoms), plusieurs fois présenté comme le géant qui viendrait au Bénin délivrer les consommateurs du joug du tandem MTN/Moov, aurait déjà fait le plus dur. Selon les sources dignes de foi, Orange établirait son empire sur les cendres de Libercom et BBCOM.

Sans attendre l’annonce officielle, de nombreux utilisateurs de téléphones portables bondissent déjà de joie, eux qui jusqu’ici sont pratiquement contraints de subir sans rien dire cette forme de dictature des coûts (de produits et services) établie et entretenue par les opérateurs MTN et Moov, faute de concurrence sérieuse. Le patron de l’opérateur Orange, Stéphane Richard, ne cache pas ses ambitions : être le réseau leader en Afrique à l’horizon 2020. Avec déjà près de 70 millions de clients dans plus de 15 pays d’Afrique, l’arrivée d’Orange au Bénin va profondément bousculer les habitudes et apporter des changements radicaux sans le secteur de la téléphonie mobile, de l’internet, du mobile money et autres.

Tout ceci au grand bonheur des consommateurs qui n’ont que trop souffert des prix pratiqués actuellement dans ces secteurs. Etat des lieux et tour d’horizon de ce qui va changer… Etat des lieux : pas reluisant du tout Officiellement, le Bénin compte cinq (05) opérateurs mobiles de normes GSM. Mais si l’on fait abstraction de l’opérateur Glo essentiellement destiné aux nigérians établis au Bénin ; si l’on prend en compte la réalité des faits qui indique que Libercom n’existe que pour l’honneur et que l’opérateur BBCOM n’est plus que l’ombre de lui-même ; tout calcul fait, les consommateurs vivent selon le diktat des deux seuls véritables opérateurs : MTN et Moov.

Deux opérateurs qui pratiquent des coûts qui font baver de colère les consommateurs, lesquels fulminent et subissent en toute impuissance, faute de concurrent mieux disant. Fait anecdotique, un mouvement citoyen a essayé il y a quelques semaines et via les réseaux sociaux, d’appeler au boycott des réseaux Moov et MTN. L’initiative a récolté une grande vague de « sympathie », mais les abonnés ne sont pas passés à l’acte de boycottage qui devait consister à garder leurs téléphones éteints pendant 48 heures. Le projet a ainsi lamentablement échoué, réussissant au passage à mettre en évidence quelques douloureux enseignements : OUI, les abonnés de ces deux réseaux sont indignés par les coûts des produits et services, mais NON, ils ne peuvent pas s’en passer.

Pour le moment… Ce qui va changer avec l’arrivée d’Orange Si l’arrivée de ce géant de la téléphonie sur le continent se confirme, cela provoquera immanquablement une profonde recomposition du secteur des opérateurs mobile de norme GSM au Bénin. On passera de cinq (05) opérateurs actuellement à quatre (04) opérateurs, puisque Libercom et Bell Bénin Communication sont appelés à disparaître au profit du nouvel arrivant. Ensuite, il faut s’attendre à une ruée sans précédent des abonnés vers ce nouvel opérateur. Une affluence qui ne s’expliquera pas seulement par le nouveau rapport qualité/prix proposé par Orange.

La vérité est que de nombreux abonnés des deux réseaux leaders actuels rêvent depuis longtemps d’une situation qui leur offrirait l’occasion de « casser et jeter » leurs cartes SIM actuelles, façon de célébrer leur délivrance d’un système qui les tient prisonniers malgré eux. Il faut oser le dire, le succès programmé de ce nouvel opérateur tiendra aussi d’une volonté de « vengeance » qui anime des consommateurs qui se sentent actuellement floués. Et si Orange est capable de faire une bonne étude de marché, de faire un bon diagnostic de la psychologie sociétale en rapport avec les deux réseaux leaders du moment, si le nouvel arrivant est capable d’en tirer les justes enseignements et, par exemple, de tenir la dragée haute à Moov et MTN sur le terrain du mécénat culturel (un des rares aspects qui permet à MTN surtout de garder malgré tout une certaine sympathie), alors là, pas de doute, Moov et MTN encaisseront le coup.

Moov, meilleur perdant ? Point besoin d’une expertise particulière pour s’en rendre compte : l’arrivée annoncée d’Orange va porter un coup fatal au duopole actuellement mal vécu par les consommateurs. Par ailleurs, comme cela est souvent le cas et de bonne guerre dans ce genre de situation de rude concurrence, Orange, s’il arrive, ne manquera pas de vouloir bâtir son empire à coup de débauchages. Si les « chasseurs de têtes » commis pour la tâche savent faire leur travail, Moov et MTN devront faire face à une vague de démissions du personnel qualifié qui ne manquera de mordre à l’appât de probables contrats de travail plus juteux proposés par le nouvel arrivant.

Sur le plan du rayonnement, MTN actuel N°1 en Afrique, jouit d’une belle assise continentale et pourrait trouver les arguments sonnants et trébuchants pour maintenir ses cadres et affronter la concurrence. Dans cette configuration, c’est Moov, faisant figure de petit poucet, qui pourrait faire les frais. Surtout que, sans attendre de nouvelles offres, des employés n’ont pas hésité à claquer la porte, parfois pousser à la démission par un management qui, dit-on dans les coulisses, n’est pas des plus enthousiasmants. Les marocains qui ont débarqué à la tête de Moov il y a quelques mois, donnent souvent le sentiment d’être venus pour tout mettre sens dessus-dessous.

C’est d’ailleurs un secret de polichinelle que les services marketing et communication de la maison ont été profondément chamboulés, avec des « bons de sortie » à la clé. On l’a dit, Moov n’est pas la meilleure structure au Bénin pour ce qui est de la gestion des ressources humaines et ce n’est pas une information qui déplairait à la concurrence. Et ce ne sont pas les abonnés qui risquent d’écraser la moindre larme à la perspective de voir le réseau « sans limite » perdre du terrain avec l’arrivée d’un nouveau concurrent. Vivement la « révolution » Orange !!! De sources concordantes donc, la fin du calvaire des consommateurs des produits et services de norme GSM qui se sentent actuellement floués, ne serait plus qu’une question de quelques semaines.

Orange pourrait commencer son déploiement sur les installations de Libercom et BBCOM dès le mois d’octobre, avec une activité à plein régime dès le mois de janvier de l’année prochaine. C’est certain, de nombreux abonnés de réseaux GSM vont vivre les jours qui les séparent du démarrage effectif des activités d’Orange tels des prisonniers qui attendent la date imminente de leur libération. Vivement la « révolution Orange » pour que cesse cette dictature des coûts qui est actuellement « Sans limite » (No Limit) et qui sévit « Partout où vous allez » (Every where you go) !

Plus d’infos sur Benin WEB TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

12 COMMENTAIRES

  1. en matière de politique d’entreprise, comprenez qu’en dehors de la stratégie de différenciation que les entreprises du même secteur peuvent choisir d’adopter une stratégie de complémentarités comme MOOV et MTN le faisaient déjà si bien. pourquoi ne parlerions nous pas désormais d’un trio??????? wait and see!!!!!

  2. tout ce qui me concerne c’est indifférence du gouvernement de répondre aux urgences tel que l’insécurité de tous la misère, ne laissez pas la population prendre les rues avant de répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE