Accueil Sports

Trophée JIPSPORTS du Meilleur Personnage Sportif du Bénin 2016 : sacre de Noélie Yarigo

0
PARTAGER
Noélie Yarigo a remporté la première Edition du trophée du “Personnage Sportif de l’Année 2016” dote des trophée « JIPSPORTS » organisé par le Site JIPSPORTS.COM avec un total de 306 points. Elle devance la Nageuse béninoise résidant à Dakar Naffissath Radji (2ème avec 298 points) et le Ministre des Sports Oswald Homeky (3ème avec 103 points).
 
 
8 points !!! C’est l’écart entre la gazelle de Matéri et la jeune nageuse de Dakar, médaillée de Bronze au 5ème championnat d’Afrique de Nation de Dakar. Et ici, il faut noter que Noélie la demi-finaliste des derniers jeux olympiques a été choisie 45 fois première contre 37 pour son challenger. Par contre Naffisath Radji a reçue 35 fois classée 2ème contre 22 pour Noélie. Oswald Homeky occupe la 3ème place avec 103 points, devant le Basketteur béninois évoluant en France Mouphtaou Yarou, 4ème avec 102 points.
Très loin dans le classement des points, on retrouve le Président du Comité National Olympique et sportif béninois Julien Minavoa et Nathanael Koty qui occupe la 5ème place avec 27 points devant Alexis Klégou (7èmeavec 17 points) et Celtus Dossou-yovo (8ème avec 12 points). Le Président de la CAHB Arèmou Mansourou et Moucharafou Anjorin ferment la marche à la 9ème et 10ème place avec 8 et 7 points).
Il faut signaler que 36 votes ont été annulés pour diverses raisons liées au nom respect du règlement : Envoi de vote sans précision du nom, prénom(s) et adresse(s) du votant, envoi de votes sans désignation de trois personnes par ordre décroissant, qui se verront attribuer respectivement 5, 3 et 1 points ; multi-votes.
Il faut noter que le comité d’organisation a enregistré des votes de plusieurs pays dont la Belgique, le Bénin, la France, le Ghana, le Mali, le Sénégal, les Usa, etc.
Notons enfin que la cérémonie de remise du trophée à la lauréate aura lieu dans la deuxième moitié du mois de Février. JIPSPORTS.COM va profiter pour décerner aux sélections nationales de Pétanque et de Handball, deux trophée spéciaux pour leurs belles prestations au cours de la saison écoulée, les deux n’ayant pas été pris en compte dans le vote du « Meilleur personnage 2016.
.
Noélie Yarigo, la perle du sprint béninois
 
 
Noélie Yarigo est une athlète de haut niveau née le 26 décembre 1985 à Natitingou, une ville du Nord-ouest du Bénin. Elle passe son enfance avec ses parents, Idani Thèrèse et Yarigo Raphaël à Matéri jusqu’à l’obtention du CEP (Certificat d’Etudes Primaire) en 2000. Huitième d’une famille de 10 enfants dont cinq filles et cinq garçons, elle perd son père très tôt et ne peut compter que sur sa mère pour subvenir aux besoins de la famille. Sa langue maternelle est le Byali mais elle parle également le Dendi et le Waama, des langues du Nord Bénin et se débrouille en Fon.
« C’est ma mère qui m’a donné le goût de courir. A chaque fois qu’elle m’envoyait acheter des choses, elle me disait : « Si tu reviens vite, je te donnerai un cadeau ». Et comme j’adorais boire le lait de vache, elle m’en achetait en récompense. C’était notre deal. J’y ai pris goût. Et à chaque fois qu’on organisait les championnats inter-écoles, je gagnais tout le temps » déclare la perle du sprint béninois. Depuis son jeune âge, Noélie Yarigo aimait courir et jouer au football. Elle a commencé à pratiquer l’athlétisme à l’âge de 8 ans alors qu’elle fréquentait encore l’école primaire centre de Matéri. Très vite, elle s’est démarquée très vite du lot et a commencé à participer à des compétitions plus sérieuses. Ainsi, en 2002, elle participe aux Jeux régionaux du Bénin et ensuite au Tournoi International de la Solidarité où elle remporte la 1ère place en athlétisme. Interrogée sur ce qui l’a poussé à vraiment prendre au sérieux l’athlétisme, elle déclare : « J’étais allée à Parakou. C’est là que j’ai fait la découverte d’une ancienne coureuse du 800m qui a demandé à ce que je vienne m’entraîner avec elle dans le club ‘Les guépards’’ ». Mais sa mère ne voulait pas que je fasse de l’athlétisme parce que des gens lui ont déclaré que sa fille ressemblait à un « bonhomme » et qu’elle ne pourra pas lui donner de petits-enfants. Mais la persévérance de Noélie a payé car dit-elle : « Moi, je me cachais pour m’entraîner. J’ai fait ça pendant des années. Après, elle était fatiguée. Elle s’est dit qu’il vaut mieux que je la soutienne soutenir, puisque c’est ça qu’elle aime j’aime ». Notons au passage qu’à la fin de ses études secondaires, Noélie YARIGO s’engage en 2009 dans l’Armée de l’Air béninoise au sein de laquelle elle est moniteur de sport avec le grade de Caporal Toutefois, elle n’abandonne pas sa passion et continue à s’entraîner seule. Après le Championnat d’Afrique d’athlétisme de Porto-Novo en juin 2012, ses supérieurs hiérarchiques ont cru en elle et l’ont détaché auprès du Ministère des sports et des loisirs du Bénin afin qu’elle puisse se consacrer aux entraînements. La carrière de Noélie Yarigo décolle réellement en 2012 lorsqu’elle est découverte par son actuel entraîneur Claude Guillaume lors du Championnat d’Afrique d’athlétisme de Porto-Novo : « En 2012, j’ai fait la connaissance de Claude Guillaume, mon entraîneur actuel. Il a proposé de me prendre en charge parce que depuis mon entrée dans l’armée, je m’entraînais toute seule. J’ai tout de suite saisit l’opportunité parce que j’avais envie de devenir une grande athlète comme les kényanes, les américaines etc. ». Elle intègre le Centre d’Entrainement et d’Education en Athlétisme (CEC) et s’entraîne avec le club Running 41. Avec le coaching de son entraîneur, elle progresse rapidement. Son chrono passe de 2’06’’72 à2’00’’51. Elle enchaîne les compétitions et fait montre d’un grand potentiel. En 2014, elle remporte le championnat de France à Bordeaux (en indoor, devant Rénelle Lamote. Le 29 juillet 2015 à Castres (France), c’est en 54 s qu’elle a fait un 400 m. Au meeting de Ninove en Belgique, elle termine 4ème. A New York en Diamond League 2015, elle fait 2’00’’97. Au bilan mondial 2015 du 800 m indoor, établi par l’IAAF, Noélie Yarigo apparaît désormais au 9ème rang. En 2016, aux Jeux Olympiques de Rio, elle réalise un temps de 1’59 »12 en série, puis 1’59’’78, un peu moins de 36 heures plus tard. Elle termine 5ème en demi-finale, cependant, son chrono en série (1’59 »12) la situe juste derrière les quatre meilleures Françaises de tous les temps sur le 800 m. Lors du meeting de Joué-les-Tours en septembre 2016, Noélie a établi un nouveau record du Bénin sur les 1000 m féminin en 2’43’04. Ce nouveau record lui confère la 17ème meilleure performance mondiale de la saison. Toujours en septembre 2016, lors de la 12ème édition du DécaNation, elle remporte la médaille d’or avec un chrono de 2’03 »80 devant l’Ukrainienne, Nataliya Lupu (2’03 »98) et l’Américaine Katie Mackey (2’04 »05) .


pressej.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here