Saturnin Allagbé à propos du match Bénin # Guinée-équatoriale : «Nous devons...

Saturnin Allagbé à propos du match Bénin # Guinée-équatoriale : «Nous devons gagner pour être en bonne posture avant…»

0
PARTAGER

Né le 22 novembre 1993 à Assaba (Bénin), Saturnin Kassifa Owalabi Allagbé est un football international béninois. Sociétaire de Chamois Niortais football club, une formation de la Ligue 2 en France, le gardien de but n°2 du Bénin a connu une saison difficile. Il n’aura retrouvé du temps de jeu que lors des dernières journées du championnat. Dans cet entretien exclusif qu’il nous a accordé, Saturnin Allagbé nous parle de sa saison mais aussi de l’équipe nationale du Bénin. Lisez plutôt !!!

Matin Libre : Bonjour Saturnin. Tu as retrouvé une place de titularisation même si c’est vers la fin de la saison. Quelles sont tes impressions.

C’est toujours agréable de débuter des matches surtout quand on est gardien de but. C’est mon objectif depuis que j’ai signé à Niort. C’est vrai que ça arrive dans un contexte où je m’y attendais le moins. Mais le plus important a été le club. Quand le coach me fait confiance, je prends chaque match comme cela se doit. A la fin, le club est maintenu. Je dirai qu’on a ensemble atteint notre objectif.

Niort avant la 36e journée était en situation de ballotage. Vous aviez cru au maintien ?

Fermement ! On a vécu une saison difficile. On n’a rien relâché. On a joué tous les matches à fond. On avait notre destin en main et on avait les moyens d’y arriver. On s’est battu pour cela et ça a été fait  par la grâce de Dieu.

Ne penses-tu pas que Niort a perdu trop de points ?

Comme je le disais, la saison a été difficile. Evidemment, il y a eu pleins de matches où, au vu de ce qu’on a produit, on aurait pu espérer de meilleurs résultats. Mais, c’est comme ça le football. On s’adapte.

Qu’est ce qui peut expliquer ces contre-performances ?

On a eu des hauts et des bas comme toutes les équipes du championnat. Malheureusement, nos temps faibles nous ont coûté beaucoup de points. Mais au finish, on s’est rattrapé et on a pu se maintenir en Ligue 2.

Un mot sur les prestations de vos coéquipiers de l’équipe nationale qui sont dans le même club que vous…

Je suis celui qui a moins joué. Je n’ai pas le droit de parler (rire). Mais sérieusement, tout le monde était au point. Djiman a bien confirmé ce qu’il montrait lors des saisons précédentes. C’est le plus ancien. Les deux David qui sont arrivés cet été sont vite rentrés dans le bain. Ils m’ont surpris agréablement tous les deux. Je les félicite car ils nous ont beaucoup apporté sur le plan défensif (Kiki) et offensif (Djigla).

Les Ecureuils, parlons-en. Le Bénin est à deux matches de la qualification. Le peuple sportif peut-il espérer?

Mathématiquement, on est encore dans le coup. Nos cartes sont dans nos mains. On doit gagner les deux matches restants. La dernière journée à Bamako sera importante. Ce sera la finale du groupe. L’essentiel, c’est d’arriver à Bamako avec un léger avantage. Dans tous les cas, on doit aller chercher la victoire et nous avons un bon groupe pour décrocher la qualification.

Comment entrevoyez-vous le match de juin prochain face à la Guinée-équatoriale ?

Le match face à la Guinée-équatoriale ne sera pas une partie de plaisir. Les équato-guinéens, viendront jouer sans pression. Nous, nous avons besoin de points et c’est ce qui comptera à la fin. Nous devons gagner pour être en bonne posture avant l‘ultime journée. Je vous remercie.

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE