Sanction du Bénin par la Fifa, disqualification des juniors par la Caf...

Sanction du Bénin par la Fifa, disqualification des juniors par la Caf : La nuit tombe en plein jour sur la jeunesse footballistique

0
PARTAGER

Visiblement, la jeunesse footballistique béninoise a tort de faire du football, un métier. Si,sous d’autres cieux, le sport-roi nourrit son homme, tel n’est pas le cas sur la terre des rois Béhanzin et Kaba. Au Bénin,cette jeunesse qui a décidé de faire du cuir rond son gagne-pain, a commis un crime. Son tort est d’autant si grand qu’on n’hésite pas, chaque fois, à la sacrifier. La raison aussi absurde que perverse est liée à des intérêts personnels et égoïstes de petites gens avides de pouvoir. Conséquence, la nuit ne cesse de tomber en plein jour sur le football. C’est encore le cas avec la sanction de la Fifa qui de facto disqualifie les juniors de la campagne africaine U-20 Zambie 2017. Et si rien n’est fait, ce sera le tour des Ecureuils séniors qui sont à 180 minutes de la qualification à la grande messe du football africain, Can Gabon 2017.     

Pourquoi ce silence ‘’insensible’’ du gouvernement béninois ?

L’heure  est grave. Le gouvernement béninois doit sortir de son mutisme pour sauver la jeunesse béninoise de ce flou artistique digne d’un film d’horreur. Certes, la politique ne doit pas s’immiscer dans le football mais il y a urgence que le sujet soit débattu en conseil des ministresafin qu’une solution soit trouvée pour arrêter la saignée.La jeunesse footballistique béninoise ne doit plus être sacrifiée,au bon vouloir de ses responsables assoiffés et apatrides. Le président Talon doit sauver les meubles. Il doit aller au-delà de son mérite d’avoir placé un jeune compétent à la tête du Ministère des sports. La jeunesse footballistique rêve de «jouer et jouer au football». C’est le moment idéal pour le gouvernement Talon de prouver à la jeunesse, qu’outre le Coton, le sport et en particulier le football fait partie de ses priorités. Nul doute, le football béninois a besoin d’une «rupture radicale» pour véritablement amorcer un nouveau départ.

Abdul  Fataï  SANNI

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE