Participation aux Jo Rio 2016 : Julien Minavoa parle des chances du...

Participation aux Jo Rio 2016 : Julien Minavoa parle des chances du Bénin

1
PARTAGER

Julien Minavoa, président du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb), dans une interview qu’il nous a accordée, a été clair sur les chances du Bénin aux prochains Jeux olympiques de Rio 2016. Lisez-plutôt

Quels sont les athlètes qui représentent le Bénin ?

Le Cnosb conduira les athlètes béninois qualifiés aux Jo Rio 2016. Le Bénin compte trois athlètes qualifiés mais sera aux Jo avec six. Ceux qui sont qualifiés, c’est ceux qui ont pu réaliser les performances exigées par leurs Fédérations internationales respectives. Dans ce lot, nous comptons Noéllie Yarigo qui a pu réaliser les performances minimales exigées depuis juin 2015. L’autre athlète qualifié est Yèmi Apithy au niveau de l’escrime, peu connu des Béninois. Ce sport où les athlètes utilisent un instrument comme un genre d’épée. Mais, du fait du dynamisme du président de cette Fédération, il a su aller dénicher la perle rare en Europe qui représentera notre pays  à ces Jeux. Troisième sport où nous avons un qualifié, c’est en Judo. C’est l’un de nos judokas dont personne ne parlait mais qui a été déclaré qualifié par sa Fédération internationale aux vues des données internationales propres  à leur discipline. Il a pour nom Celtus Dossou Yovo.  En dehors de ces trois, il y a des athlètes qui vont s’ajouter à ceux-là dans le cadre de l’universalité des Jo. Nous citerons Kiki Didier en athlétisme, Bessan Jules et Laraiba Souahibou en natation. Ce qui fait donc que nous nous déplacerons avec six athlètes et que le départ est prévu pour le 23 juillet 2016 à Lomé.Disons au passage que la période au cours de laquelle il fallait réaliser la performance se situe entre mai 2015 et juillet 2016.

Quelle est la chance des athlètes béninois aux Jo ?

Les Jo, ce n’est pas comme le football où la chance peut aider. Il n’est question de s’attendre à une quelconque chance. Les performances parlent d’elles-mêmes. J’ai coutume de schématiser comme ceci : Vous êtes à Cotonou et vous devez vous rendre à Bohicon. On fixe comme principe, que c’est seulement ceux qui ont pu atteindre l’échangeur de Godomey qui peuvent, dans un temps donné, être accepté pour prendre part à la compétition. Alors, si vous vous battez et que vous arriviez  vers l’échangeur de Godomey dans le temps exigé, on dit que vous avez réalisé les minimas. Pendant que vous vous êtes là, à vous battre pendant des années pour n’atteindre que la limite de l’échangeur de Godomey, il y en a qui ont déjà atteint Bohicon. Et c’est avec ceux-là que vous irez concourir aux Jo. Je crois que c’est suffisamment clair. Vous savez que celui qui se retrouve au niveau de l’échangeur de Godomey pendant que ses autres adversaires sont déjà à Bohicon ou tout au moins à Allada ne peut pas aller concourir et espérer ravir des médailles ou des trophées. Voilà donc ce à quoi doivent s’attendre nos compatriotes. L’autre chose qu’il faut savoir, est qu’aucun Comité national olympique (Cno) n’a le droit, au regard de ce que je viens de dire, que ce n’est pas la peine que nous y allons. Vous n’avez pas le droit. C’est une exigence pour tout sportif et pour tout pays qui tient à pratiquer les différentes disciplines sportives aux Jo. Si vous n’êtes pas présents aux Jeux à une édition, tous les sports vous échappent. C’est-à-dire, que vous courez le risque d’être sanctionné. Si un pays ne va pas aux Jo, c’est toutes les disciplines sportives qui sont pénalisées pendant quatre bonnes années. On ne peut donc pas dire que ce n’est pas parce qu’on ne peut pas prendre des médailles qu’on ne peut pas y aller.

C’est la première fois que le Bénin présente autant d’athlètes aux Jo ?

C’est la toute première fois depuis 1972 que notre pays a commencé par prendre part aux Jo, que nous avons pu bouger avec ce nombre-là. Cet effectif, avec 3 athlètes qualifiés. Il y a eu des années par exemple en 1980 où il y avait plus d’une dizaine d’athlètes. Mais à cette époque-là, il n’avait pas trop d’exigences pour les participations. On ne participait pas nécessairement après s’être qualifié, mais selon la capacité de chaque pays. Maintenant, ce n’est pas cela. Puisque, le Comité international olympique (Cio) a le souci de limiter ce qu’on appelle, le gigantisme des Jeux. On ne pourra pas compter plus de 15 mille athlètes à ces Jeux.

A.F.S.


Matin Libre

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. bon poste. le bon est dit. que le comité soit responsable aussi bien que les athlètes qualifiés. bonne chance à vois quand même. vous avez le soutien de tout le peuple béninois.

LAISSER UN COMMENTAIRE