Match Benin # Soudan du SUD de dimanche: Nécessité de confirmer la...

Match Benin # Soudan du SUD de dimanche: Nécessité de confirmer la victoire obtenue a Juba

0
PARTAGER

Dimanche prochain, au stade général Mathieu Kérékou à Kouhounou, les Ecureuils du Bénin reçoivent à jouer les Bright Stars du Soudan du Sud dans le cadre de la 4e journée des éliminatoires de la Can Gabon 2017. Au Juba football stadium, mercredi 23 mars dernier, face à aux mêmes adversaires, ils l’avaient déjà remporté sur le score de 2 buts à 1.

Les Ecureuils ont rendez-vous avec leur public ce dimanche. Face aux Bright Stars du Soudan du Sud qu’ils ont gagné, mercredi 23 mars dernier à Juba, ils se doivent de rééditer l’exploit. C’est une obligation pour eux de remporter cette rencontre. Déjà sortis des éliminatoires de la Coupe du Monde par les Etalons du Burkina Faso, les Ecureuils ne comptent que sur cette seule compétition pour redonner espoir au peuple béninois. Un peuple privé de football que seules les apparitions sporadiques de l’équipe nationale viennent apportées un peu de satisfaction.

Ils sont donc au front ces Ecureuils qui doivent vaincre ou périr. Une bataille dont les responsables en charge de la gestion du football chez nous, ne semblent pas encore mesurer l’importance. Ils ont opté pour un plan de vol irréaliste pour ramener les joueurs béninois au bercail.
En effet, il est prévu que c’est seulement demain samedi 26 mars qu’ils reviendront pour disputer le match retour le lendemain. Sportivement, c’est suicidaire. Car l’adversaire qu’ils affrontent, sera déjà à Cotonou ce jour vendredi. En tout cas, la situation n’est pas sans susciter un tollé général aussi bien au niveau des supporters que de la presse sportive nationale. Et depuis lors, des démarches ont été entreprises pour changer la donne. Ramener les Ecureuils au bercail ce jour. C’est du moins ce qu’a confirmé depuis Juba au Soudan du Sud, un membre de la délégation joint dans la matinée du jeudi 24 mars, expliquant que des démarches sont en cours pour faire revenir l’équipe ce vendredi. Il précise, qu’à défaut de faire voyager toute la délégation, des négociations pourront aboutir pour qu’au moins les joueurs puissent prendre le départ jeudi 24 mars, pour rallier Cotonou via Addis-Abéba et probablement par Lagos. De là, ils rentreront par bus à Cotonou. L’expédition est donc périlleuse pour les ambassadeurs béninois qui ont déjà trop souffert. Avant Juba, les poulains d’Omar Tchomogo n’ont pu être au complet que dans la nuit de l’avant-veille de la rencontre, ce qui n’a pas favorisé de bonnes séances d’entraînement et la répétition de quelques schémas tactiques. A ces écueils, s’ajoutent la souffrance qui a été la leur au cours de la rencontre et même après. Toujours selon nos sources à Juba, « les Ecureuils ont gagné dans la douleur, non pas celle infligée par l’adversaire du jour, mais plutôt celle imposée par les conditions broussardes dans laquelle s’est déroulée la rencontre : soleil de plomb, une pelouse cahoteuse et hostile, un vestiaire impraticable et sans électricité… ». Elle s’indigne, en ajoutant qu’après la rencontre, les Ecureuils privés de leur bus, ont dû se rendre à leur hôtel à pied, trimballant glacière et bagages sous le regard ahuri du tout nouveau président de la Fifa, Gianni Infantino.
Alors, lorsqu’on vit tout cela pour sa patrie, on doit être remonté et non déçu. Certes, épuisés par l’aventure sud soudanaise, et loin de se décourager, les coéquipiers de Stéphane Sessègnon doivent transformer leur douleur en détermination au nom de la patrie.
C’est un nouveau départ, et le seul moyen pour magnifier la rupture c’est bien de gagner la toute première rencontre internationale des Ecureuils footballeurs sur le sol béninois. D’ici le jour de la rencontre, dimanche, la Cour constitutionnelle aura déjà confirmé l’élection du nouveau président qui ne sera qu’heureux de démarrer son mandat par ça. Pour ce qui est de l’organisation, on pourra en parler après la victoire sur le Soudan du Sud.
Les supporters sont appelés à aller jouer leur partition

Les officiels à Cotonou ce jour

La rencontre sera dirigée par l’arbitre international mauritanien, Lemghaifry Ould Ali, assisté de Abderahmane Warr (1er arbitre assistant) et de El Hassane Di (2e arbitre assistant). Le 4e arbitre a pour nom Babacar Sarr. Quant au commissaire au match, il est de nationalité guinéenne et a pour nom, Mamadou Chérif Diallo. Ils sont attendus à Cotonou ce jour, vendredi 25 mars

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE