Le président de la Fbk-F/W au sujet de l’examen de grade :...

Le président de la Fbk-F/W au sujet de l’examen de grade : «La perfection intervient dans l’acquisition des réflexes», dixit Boniface Bossoukpè

0
PARTAGER

La Fédération béninoise de Kung-Fu /Wushu (Fbk-F/W) a organisé, dimanche 10 avril 2016, un examen de passage de grade pour l’obtention de la ceinture noire. Occasion pour le président de la Fbk-F/W Boniface Bossoukpè de revenir sur le bien-fondé de cet examen et de lever un coin de voile sur les activités statutaires à venir. Lisez-plutôt !!!

Bonjour M le président. Le week-end écoulé, vous avez convié les pratiquants de Kung-Fu Wushu à un examen de passage de grade. Dites-nous pourquoi un tel test ?

Merci monsieur le journaliste pour l’occasion que vous m’offrez. Au faite, il s’agit d’un examen de passage de grade pour l’obtention  de la ceinture noire. Vous savez, les passages de grade sont des indicateurs de la vitalité, de l’évolution des performances des Fédérations nationales. Donc, nous avons décidé en partenariat avec le Centre culturel chinois de Cotonou d’organiser cet examen au profit des pratiquants qui ont atteint ce niveau auquel ils peuvent aspirer à la ceinture noire.

Au vu de ce que vous avez observé sur le tatami, dites-nous ce qu’on peut dire du niveau des participants ?

Vous savez, c’est le premier niveau de la ceinture noire. C’est à partir de ce moment qu’on commence par se perfectionner. Vous ne pouvez pas dire que tout est parfait. La perfection intervient dans l’acquisition des réflexes et dans la répétition des gestes. Donc, le travail va se poursuivre mais les pratiquants ont le niveau. C’est-à-dire, qu’ils maîtrisent les différentes séquences du Dao.

Le niveau du Kung-Fu Wushu béninois comparativement à celui de la sous-région. Que peut-on retenir ?

Le niveau du wushu au Bénin est très élevé et très appréciable. Nous avons eu à participer, il y a trois ans à une compétition en Chine. Et nous avons remporté une médaille d’or et une en argent. Vous comprenez que dans ce cas, la Chine étant le berceau de ce wushu, et que nous arrivons à obtenir des médailles dans ce pays-là, c’est que nous sommes valables et que nous pouvons sur le plan international être fiers et bouleverser la hiérarchie.

Après ce passage de grade, qu’est-ce qu’on peut attendre de la Fédération béninois  de Kung-Fu Wushu concernant les activités à venir ?

Après ce passage de grade, nous aurons un championnat à organiser. Et en liaison avec le ministère des Sports, nous allons le programmer opportunément. C’est le plus important. Parce que, une Fédération qui n’organise pas de championnat n’est pas viable. Nous avons connu quelques difficultés mais tout cela va être redressé grâce au nouveau départ.

Un dernier mot pour clore cet entretien ?

Pour finir, j’exhorte tous les jeunes qui ont la volonté de pratiquer cet art qui, au rang des arts martiaux, est un art privilégié. Je ne dis pas qu’un art est supérieur à un autre. Mais, c’est une nouveauté et la Chine est un pays de référence. Je crois que nous aurons à gagner en pratiquant cet art. C’est pourquoi j’exhorte beaucoup de jeunes à pratiquer cet art dans l’intérêt de la coopération sino-béninoise. Je vous remercie.

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE