Lancement d’un championnat de transition par le Conor:Retard, pas de licences ni...

Lancement d’un championnat de transition par le Conor:Retard, pas de licences ni de feuille de match !

0
PARTAGER

Alors qu’aucun club n’est prêt à démarrer le championnat de transition, le Comité de normalisation (Conor) du football béninois a procédé hier, au stade municipal de Natitingou, au lancement de la compétition avec une pathétique opposition Panthères-Buffles. Pour ce faire, les membres de la structure ad hoc installée par la Fifa pour normaliser le football béninois, ont fait le forcing pour faire participer les Buffles du Borgou.

Indécis jusqu’au dernier moment, le club phare de Parakou ne voulait pas prendre de risque. Certains dirigeants étaient contre ce déplacement. Mais ils ne faisaient pas l’unanimité. D’autant que le Conor a des accointances avec une partie des dirigeants. Des promesses auraient été faites à ces derniers s’ils réussissent à faire déplacer l’équipe sur Natitingou. Pour y parvenir, ces dirigeants acquis à la cause du Conor et de son président Rafiou Paraïso ont tiraillé tout le temps avec leur vis-à-vis. C’est pour cette raison qu’ils sont arrivés à Natitingou en retard. Ainsi, le match qui devait démarrer à 16 heures, a été lancé à 17 heures. Il fallait, en effet, attendre les Buffles du Borgou.
Pour le match proprement dit, les quelques journalistes présents n’ont pu avoir la feuille de match. Le Conor n’ayant pris aucune disposition à cet effet.

Un match insipide…

De même, les joueurs ne disposaient pas de licences. Chaque club est venu avec un contingent de joueurs physiquement limités. Pour preuve, ils ont livré une prestation digne d’un match de quartier. Au finish, les Buffles ont dominé leurs homologues les Panthères de Djougou (1-0) grâce à Moussa Adjai (69è). Une question subsiste après ce spectacle proposé au maigre public du stade municipal de Parakou : qu’est ce qui presse tant le Conor pour qu’il lance un championnat dans la précipitation ?

E.A.B

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE