Gestion du football au Bénin par le Conor: « Sauvons le football...

Gestion du football au Bénin par le Conor: « Sauvons le football béninois », prévient contre une nouvelle crise

0
PARTAGER

Le groupe de réflexion « Sauvons le football béninois » a donné de la voix mercredi 30 mars à Cotonou, pour décrier la situation destructrice qu’entretient le Comité de normalisation du football béninois (Conor). Il s’agit principalement de l’organisation du prochain congrès électif de la Fédération béninoise de football (Fbf) pour lequel le Conor a retenu une seule liste.

Réunification de la famille du football béninois, toilettage des textes, reprise normale des activités footballistiques sont entre autres les missions assignées au Comité de normalisation du football (Conor) par la Fifa. Mais à quelques semaines de la fin de sa mission, le constat laisse à désirer. C’est en effet, l’essentiel à retenir de la sortie du mercredi 30 mars, du groupe de réflexion « Sauvons le football béninois » composé de journalistes sportifs. « A un mois de la fin du mandat du Conor, ce groupe de réflexion constate avec amertume l’éloignement du Conor des objectifs à lui assignés par la Fifa », a fustigé le porte-parole du groupe, Constance Meffon. C’était une occasion pour les membres de ce groupe de fustiger des actions du Comité de normalisation du football qui font le lit à de nouvelles crises dans la famille du football béninois, les années à venir. L’imminent congrès électif subséquent au championnat « dit de transition», les assises du football et la nuit des anciennes gloires reléguées au second plan ont été pointés du doigt. Les membres du groupe de réflexion « Sauvons le football béninois » pensent en ce qui concerne l’élection du bureau de la Fédération béninoise de football (Fbf), qu’il s’agit d’une élection taillée sur mesure. Et pour preuve, la date «fixée au départ pour le 30 mars 2016, est passée au 10 avril 2016, avant d’être ramenée au 03 avril » trois jours avant la prestation de serment du nouveau président de la République. Il faut selon les membres de ce groupe de réflexion, y voir des intentions cachées. « D’ailleurs, la liste unique validée par le Conor pour le Congrès électif du 03 avril 2016 en dit long sur ses intentions », a dit Constance Meffon. Selon les membres du groupe de réflexion, la plus importante des recommandations de la Fifa à l’issue de ses deux missions au Bénin est la réunification de la famille du football béninois «plus que jamais divisée». «C’est le plus important des missions assignées au Conor car sans la réunification des acteurs du football, toute autre entreprise serait du leurre », selon Constance Meffon. Et la prochaine élection surtout avec une liste unique est de nature à enfoncer le clou.

Dénonciation

Car « à y voir de près, on se rend compte que tout se fait pour ramener à la tête du football béninois des personnes pourtant récusées naguère par le public sportif », d’après le groupe de réflexion. Et il est d’autant plus impérieux de faire quelque chose pour que le Conor ne passe outre aussi bien les recommandations de la Fifa que sa propre feuille de route qui change désormais au gré des activités.
Les membres du groupe de réflexion satisfaits de la dernière victoire des Ecureuils face au Soudan du Sud à Cotonou, déplorent cependant la mauvaise organisation qui a prévalu. Ils dénoncent notamment le retour à Cotonou par bus d’une société privée depuis Lagos des Ecureuils alors qu’un bus « qui aurait été acheté pour cette équipe nationale est exposé aux intempéries au port de Cotonou ». La situation de l’entraîneur de l’équipe nationale à qui l’Etat doit des mois de salaire a été aussi dénoncée.
Le championnat dit de transition, ainsi que le silence coupable de certains responsables de clubs ont été aussi critiqués. Face à cette atmosphère qui présage d’une nouvelle crise dans le football béninois, les membres du groupe « Sauvons le football béninois » invite « le ministre en charge des Sports voire le gouvernement à prendre des dispositions pour arrêter ce désordre organisé par le Conor ». Ils souhaitent également que le ministre mette un terme au championnat de transition et qu’il exige de vraies assises en vue de la réunification de la famille du football béninois. Le groupe de réflexion se dit prêt « à utiliser tous les moyens légaux pour faire échec à cette dérive ».¦

Claudel HOUNTON (Stag)

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE