Dénouement de la crise du football béninois :‘’Élites pour le sport’’ constate l’échec...

Dénouement de la crise du football béninois :‘’Élites pour le sport’’ constate l’échec du Conor

0
PARTAGER

Réunis ce jeudi au chant d’oiseau de Cotonou, les membres de ‘’Elites pour le sport’’ ont tenu à éclairer l’opinion publique après la suspension du Bénin. Contrairement à certains, ce creuset de personnalités et de cadres amoureux des sports dont le principal défi est de contribuer par la force de ses réflexions et de ses propositions à faire émerger le sport béninois, ne se réjouit pas de la suspension infligée au Bénin par la Fifa.

Constatant avec beaucoup d’espoir que le concept de l’organisation obligatoire d’un forum de réconciliation avant tout congrès de la Fbf est partagé par la plupart des acteurs, ‘’Elites pour le sport’’ exige que priorité soit donnée à l’objectif premier assigné au Comité de normalisation (Conor) à savoir la réconciliation et la réunification de la famille du football, lequel objectif n’a pas été atteint par le Conor selon ‘’Élites pour le sport’’. « Le Conor n’aura atteint ni l’étape de la réunification de la famille du football, ni celle de la mise en place du Comité exécutif de la Fbf. Quoi qu’on dise, ce bilan laisse le goût amer d’un travail inachevé, signe d’un échec aux conséquences incalculables pour notre football et pour la jeunesse du Bénin. Face à cet état de chose, ‘’Elites pour le sport’’ demande au Conor de bien vouloir solliciter de la Fifa, le report du match des Ecureuils juniors prévu pour ce vendredi 20 mai, et de celui des Ecureuils seniors prévu le 6 juin afin d’organiser le forum des acteurs très prochainement sur financement du gouvernement béninois », a déclaré le président de l’association, AppolinaireDassi. Très soucieuse de la situation qui prévaut au sein du football béninois, l’association invite chaque acteur à jouer sa partition en faisant des concessions afin qu’un terrain d’entente soit trouvé, et appelle les principaux protagonistes de la présente crise et plus spécifiquement AnjorinMoucharafou et Augustin Ahouanvoèbla à avoir pitié de la jeunesse béninoise.

Corneille Gohonou

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE