Confrontés à l’obstination du Conor à organiser un championnat:Les clubs pro-Attolou dénoncent...

Confrontés à l’obstination du Conor à organiser un championnat:Les clubs pro-Attolou dénoncent Anjorin

0
PARTAGER

Les clubs proches de Victorien Attolou restent de marbre. Ils viennent de réitérer par la voix de leur porte-parole, Athanase Boco, les conditions sous lesquelles leurs clubs prendront part au championnat de transition qu’annonce le Comité de normalisation (Conor) du football béninois pour début mars. Pour le président des Requins de l’Atlantique, reçu au téléphone depuis Paris (France), le toilettage des textes sinon la prise en compte tout au moins des préalables posés par le camp Attolou est un impératif à leur engagement. « Aucune discrimination ne doit prévaloir.

Tout acteur du football peut briguer la présidence de la Fbf comme c’est le cas en politique », argumente-t-il, faisant référence à l’article 33.6 des statuts de la Fédération béninoise de football (Fbf). Il est par ailleurs revenu sur les manœuvres orchestrées, selon lui, par l’ancien président du Comité exécutif de la Fbf pour démobiliser les supporters des Awissi Wassa afin de mettre l’unité du club en péril. Selon Athanase Boco, Anjorin Mouracharafou veut reprendre son poste et met tout en œuvre pour y parvenir. Son intervention fait suite à la rencontre de ce mercredi tenue au siège de la Fbf entre le Conor les présidents et secrétaires généraux des clubs devant prendre part au championnat. Une rencontre à laquelle ses émissaires n’ont pas pris part, s’étant éclipsés aux environs de 10h50mn avant même le démarrage effectif des travaux en raison du retard qu’auraient accusé les organisateurs.

Pour sa part, le président du Conor, Rafiou Paraïso, veut bien compter sur ces clubs. « La programmation des assises après le démarrage du championnat est une façon plus commode d’amener les acteurs à se sentir concernés par la chose. C’est au cours du forum de réconciliation des 12 et 13 mars que les questions soulevées par le camp Attolou et celles des autres acteurs pourraient trouver de solutions », a-t-il confié au téléphone avant de préciser que c’est au congrès électif que la modification des textes peut avoir lieu. Et mieux, seul le congrès peut décider de sa date de mise en application comme ce fut le cas au Togo récemment.

Les subventions : un casse-tête

Pour ce qui concerne le contenu des cahiers de charges et le nombre de clubs retenus, il déclare que le public sportif sera informé au plus tard le 22 février 2016, date de clôture de l’acquisition des dossiers. Pour l’heure, plus d’une dizaine de clubs ont acheté les cahiers de charges, a-t-il fait savoir. A ce niveau, le point d’achoppement pourrait être la subvention à accorder aux clubs. Athanase Boco souhaite un appui à hauteur de 30, 20 et 10 millions francs Cfa respectivement pour chaque club de Ligue 1, Ligue 2 et amateur avec le concours de l’État avant le début du championnat. De son côté, Rafiou Paraïso, sans avancer de chiffres, parle de montant raisonnable à allouer aux clubs après le démarrage des hostilités le 2 mars prochain.

E.A.B

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE