Bénin/Football : La Fifa exige du CoNor l’organisation du Congrès électif pour...

Bénin/Football : La Fifa exige du CoNor l’organisation du Congrès électif pour le 4 mai prochain

0
PARTAGER

Par e-mail adressé à la Fédération béninoise de football via le Comité de Normalisation à travers son président, Me Rafiou Paraïso en date du 27 avril 2016 et signé du Secrétaire général par intérim, Markus Kattner, la Fifa demande l’organisation du Congrès électif pour le 4 mai prochain. « … En consultation avec la Confédération africaine de football (Caf), nous vous demandons d’organiser le Congrès électif le 4 mai 2016. Nous entendons qu’il s’agit d’un report du Congrès prévu initialement pour le 4 avril 2016, ce qui suppose que les élections concerneront les candidats et candidates qui avaient été validés par le Comité de Normalisation… ».

Le Bénin est-il un Etat souverain ?
Cette correspondance de la Fifa se révèle un premier test grandeur nature pour le nouveau ministre des sports, Oswald Homeky. En retirant l’agrément à la Fédération béninoise de football et en mettant fin au mandat en cours du président Augustin Ahouanvoébla, le Bénin à travers le ministre Safiou Affo a usé de sa souveraineté. Mis en place depuis novembre 2015 par la Fifa, le Comité de Normalisation avait pour mission de ramener la sérénité dans la famille de football, de réconcilier la famille du football et d’organiser les élections. Six mois après, rien n’a bougé. La famille du football est plus que jamais divisée à cause des pratiques orchestrées pour écarter certains acteurs. Mieux, à quelques jours de la fin de sa mission, le président du CoNor Rafiou Paraïso a donné un point de presse pour confirmer la non tenue des élections puisque les assises n’ont pu être organisées. Le comble, c’est la mise à l’écart de certains acteurs par le CoNor. Ce qui a fait que le Tribunal de première instance de Porto-Novo a été saisi pour troubles à l’ordre public. Donc, le Congrès électif prévu pour le 4 avril dernier et qui avait validé une seule liste, celle conduite par Anjorin Moucharafou a été annulé par le Président du Tribunal de Porto-Novo. Aujourd’hui, la Fifa revient à la charge et demande l’organisation du Congrès électif le 4 mai prochain. Une situation qui interpelle le nouveau ministre des sports qui doit prendre ses responsabilités.

Le forcing pour imposer Anjorin Moucharafou
A la lecture de la correspondance de la Fifa, tout porte à croire que la liste décriée par les acteurs veut leur être imposée avec la bénédiction de la Confédération africaine de football (Caf). Ancien président de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou aidé de ses alliés veut revenir à la tête de la Fédération. Et, les manœuvres du CoNor n’ont pas permis aux autres acteurs de se présenter. Rafiou Paraïso et les autres membres ont évoqué la fameuse question de « Régime d’exception » qui ne leur permet pas de sauter l’article 33.6, pomme de discorde. Maintenant que la Fifa indique la conduite à tenir, les acteurs sont désormais mis face à leur destin.
Ambroise ZINSOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE