Audit de la Fbf par la Fifa : Enfin situer les Béninois...

Audit de la Fbf par la Fifa : Enfin situer les Béninois sur les malversations éventuelles

0
PARTAGER

La crise à la Fédération béninoise de football (Fbf) reste d’actualité. Et c’est le moment que la Fifa choisit pour auditer les comptes de l’institution fédérale.
Depuis quelques semaines, le bruit court que les comptes de la Fédération béninoise de football (Fbf) seront audités. Quoi de plus normal lorsqu’on sait que la reddition des comptes de toute institution – fut-elle sportive – participe de la transparence. Dans le cas d’espèce, il ne devrait pas avoir matière à inquiétude. Ceux qui ont géré les finances de la Fbf au cours de la période déterminée doivent se rendre disponibles pour justifier leur gestion. Car les fonds mis à disposition ne sont pas des libéralités dont on peut disposer sans justification. Mais, c’est le moment et la période choisie par les instances de la Fédération internationale de football association (Fifa) qui laisse interrogateur.

En effet, selon la correspondance de la Fifa qui informe de la descente imminente d’un cabinet d’audit pour les besoins de la cause, les comptes de la Fbf au cours de l’exercice 2015seront revisités . C’est vrai, la Fifa a motivé le choix de la Fbf cette année par un pur hasard. Car, l’instance suprême du football mondial précise que chaque année, 20% des associations nationales affiliées à elle sont tirées au hasard afin de lui faire subir ce contrôle.

Remonter plus loin

Et cette fois-ci, la Fbf fait partie du lot. Soit ! Mais pourquoi uniquement l’exercice 2015 ? Il aurait été intéressant, voire judicieux, de remonter beaucoup plus loin. Car, cette même Fifa a été saisie à l’occasion de chaque crise fédérale au Bénin pour le même exercice. Mais curieusement, elle n’a jamais répondu positivement à ces requêtes. Mieux, elle aurait même dit à plusieurs occasions que la gestion des fonds mis à la disposition des responsables de la Fbf ne souffrait d’aucune malversation. C’était au fort moment de la crise de 2010 au cours de laquelle le groupe de Victorien Attolou s’opposait à celui de Moucharafou Anjorin.

Depuis les graves scandales révélés au sein de la Fifa elle-même, les choses ont peut-être changé. L’institution a changé de président. Gianni Infantino a remplacé Sepp Blatter. Il a envie de restaurer l’honneur et la crédibilité de la Fifa. Ce qui est une très bonne chose. Seulement, les habitudes y ont la peau dure. Dans les rangs de la Fifa, il y a encore des indécrottables – surtout parmi les présidents de fédérations africaines – qui sont nostalgiques du passé et qui continuent de mêler les pinceaux.

Les temps ont changé. Il faut que tout le monde change et que les règles et principes soient les mêmes pour toutes les associations nationales. Tant qu’il y aura deux poids, deux mesures, la Fifa va rester un machin dans les mains d’une mafia qui ne dit pas son nom. Et toute entreprise de salubrité sera considérée comme opportuniste, voire un règlement de compte. Hélas !

Pascal Hounkpatin

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE