A la suite de la suspension du Bénin par la Fifa:Mutisme incompréhensible...

A la suite de la suspension du Bénin par la Fifa:Mutisme incompréhensible des Ecureuils

0
PARTAGER

Principaux perdants dans la crise qui secoue la Fédération béninoise de football (Fbf), les joueurs béninois sont étrangement les plus silencieux. Même la disqualification des juniors de la campagne de qualification à la Can de leur catégorie, et le risque de voir les seniors subir le même sort dans quelques jours, n’ont pas suffit à les faire sortir de leur mutisme.

A quelques exceptions près, le dénominateur commun de toutes les sorties publiques sur la crise que vit le football béninois est que la jeunesse, notamment les footballeurs sont sacrifiés. Devenu un objet de chantage, les protagonistes l’utilisent pour agir sur le caractère éminemment émotif du public sportif. Paradoxalement, dans le rang de ces supposés « premières victimes », le silence est devenu la règle et les actes, l’exception. Mis à part Djiman Koukou qui a poussé un cri de cœur sur Rfi et Fabien Farnolle qui s’est fendu d’un petit message laconique sur sa page Facebook, le reste des centaines de joueurs béninois ne s’est jamais prononcé officiellement sur la crise. Même le capitaine de l’équipe nationale senior, Stéphane Sessègnon n’a pas pipé mot. Pourtant, le chrono tourne désespérément en leur défaveur. En plus de la parodie de championnat qui se joue depuis un moment, la Caf vient de disqualifier l’équipe nationale U-20 des éliminatoires de leur Can. A moins d’un hypothétique retournement spectaculaire de situation, les seniors devraient aussi passer à la trappe alors qu’ils ont leur destin en main pour discuter la prochaine Can au Gabon, en janvier prochain. Mieux que quiconque, ces joueurs ont conscience du danger qui les guette et de l’impact négatif que cela pourrait avoir sur la suite de leur carrière. Mais la peur des représailles et de la vengeance primaire de certains dirigeants les confinent à la « boucler ». De quoi ont-ils peur ?

Le cas « Ludovic Alla » hante les esprits

En 2010, lors de la précédente crise à la Fbf, un certain nombre de joueurs avaient clairement pris leur destin en main. Avec à leur tête, Ludovic Alla, gardien de but de Mambas noirs et des Ecureuils à l’époque, ils avaient participé à une grande marche pour appeler les « preneurs d’otages » à libérer le football béninois. Dans leur ligne de mire, Anjorin Moucharafou, ancien président de la Fbf et activiste de l’ombre dans la présente crise. La suite est à la limite dramatique pour Ludovic Alla. Plus personne n’a encore entendu parler de lui en équipe nationale, et sa carrière a ainsi pris un sérieux coup. Par peur que les mêmes causes produisent les mêmes effets, les footballeurs béninois ont renoncé à toute action individuelle et collective, s’en remettant, en bons fatalistes, aux dieux du football pour régler la crise.
Si on peut comprendre que les jeunes joueurs locaux craignent pour la suite de leur carrière, le mutisme des joueurs évoluant à l’étranger est davantage plus difficile à comprendre. Pour ne prendre que l’exemple du Togo voisin, Adébayor n’avait pas froid aux yeux pour boycotter la sélection nationale ou se prononcer sur la crise à la Ftf. Que perdent Sessègnon, Poté, Imorou à s’impliquer réellement dans la résolution de la crise ? Beaucoup d’entre eux sont sur le point de changer de club. Et la situation à la Fbf ne sera pas d’un grand atout pour eux. Mais on ne peut pas s’apitoyer sur le sort des joueurs qui refusent de semer la révolte dans leur propre intérêt.

Abib Ishola Arouna

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE