A la suite de la rencontre avec les acteurs en conflit à...

A la suite de la rencontre avec les acteurs en conflit à la Fbf : Homéky : « Nous avons retenu de sortir de la crise »

5
PARTAGER

Le ministre des Sports, Oswald Homéky, a réussi mardi à faire signer un protocole d’accord avec les parties en crise à la Fédération béninoise de football (Fbf). Un document paraphé après cinq heures d’échanges à son cabinet, dont l’article 2 indique qu’il est le nouveau médiateur dans cette crise. Face au refus des autres acteurs, l’autorité et un membre du camp Ahouanvoèbla ont fait face aux médias… Voici leurs réactions.

Idelvert Gnikpo, proche d’Augustin Ahouanvoèbla : « Nous ressentons la joie, le bonheur et la gaieté. Vous devez constater avec nous qu’à partir de l’instant où la joie est venue dans la famille du football béninois, nous allons mettre tout en œuvre lors de nos différentes rencontres pour que le peuple constate qu’à partir de cet instant la famille du football va se réunir. Pour preuve, tous les protagonistes sont ensemble et aujourd’hui nous sommes fiers d’appartenir à une nation. Pour le match du dimanche, les démarches seront menées à partir de maintenant et Dieu va nous aider… ».

Oswald Homéky, ministre des Sports : « Je salue d’abord chacun des acteurs qui ont fait preuve de patriotisme et qui ont eu l’humilité de répondre à mon invitation. Comme je l’ai annoncé dès les premières heures de ma prise de fonction en tant que ministre, j’ai commencé à parler avec eux. Aujourd’hui, nous avons formalisé une première rencontre où ils étaient tous présents. Ça fait plusieurs années, dix voire 12 ans, qu’ils ne se sont pas tous assis. C’est déjà une très bonne chose que chacun d’eux ait eu l’humilité, sachant très bien que l’autre sera présent, d’accepter la rencontre. Surtout d’accepter que le jeune ministre que je suis les réunit autour d’une question qui aujourd’hui nous préoccupe tous. Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons commencé par discuter, que nous avons abouti à un protocole d’accord, qui a été signé par chacune des parties, qui indique clairement que toutes sont d’accord pour que nous puissions sortir de cette crise au nom de l’intérêt supérieur de la nation. Le protocole d’accord qui intègre qu’ils souhaitent désormais que la médiation se fasse sous la direction du ministre que je suis. Parce qu’ils estiment aujourd’hui qu’à l’étape où nous en sommes, seule la démarche que nous proposons humblement au nom du gouvernement et du Chef de l’Etat, leur convient et les rassure. Je n’irai pas dans les détails mais je veux une fois encore, que tous ensemble, le peuple béninois et vous-même les médias, et nous tous, passionnés du football, nous puissions reconnaître et saluer le sens de patriotisme et l’humilité des différents protagonistes qui ont accepté que nous discutions pour sortir de la crise. Les conditions pour que le match ait lieu sont connues de tout le monde. Il est évident que si le match doit avoir lieu, cela dépend de ce qui se passera dans les heures à venir. J’ai rempli mon devoir en mettant l’équipe à l’hôtel, en demandant à l’équipe de s’entraîner et de se préparer comme si de rien n’était. Ce qui dépend du ministère en terme de logistique, nous l’avons déjà fait. Il y a ce qui ne dépend pas du ministre que je suis et qui ne peut être obtenu qu’avec l’implication de tous les acteurs. C’est à cela que nous étions en train de travailler depuis des semaines et c’est à cela que nous souhaitons aboutir avant dimanche si possible. Chacun d’eux s’est engagé pour que nous sortions de la crise. Si par la grâce de Dieu, les choses vont vite et que nous réussissons à le faire assez vite, ce sera pour le bonheur de tout le monde. J’ai dit aux acteurs à quel point notre pays aujourd’hui a besoin de retrouver l’union au sein de la famille du football. C’est de leur dire à quel point il est important pour chacun, de laisser son égo et ses intérêts de côté pour regarder l’intérêt de la nation. Enfin, c’est de leur dire, si depuis de longues années, ils se sont affrontés, il est temps que tous ensemble, nous puissions envisager de sortir de là. Chacun d’eux est important pour notre pays. Chacun d’eux peut apporter quelque chose à notre pays. C’est sûr que tous ensemble, nous apporterons beaucoup de choses à notre pays. Je leur ai dit que je souhaite que nous trouvions une solution et je veux une fois encore saluer leur bonne foi, leur ouverture d’esprit. Nous avons retenu de sortir de la crise. Nous avons signé un protocole d’accord que je leur ai proposé, auquel ils ont adhéré. Je n’en dirai pas plus par respect pour eux. Quand on conduit une médiation sérieuse, on n’est pas tous les jours dans la presse ni devant les caméras. Il ne sert à rien de dire à chaque fois, ce qu’on a fait si on veut réussir à dénouer une crise. C’est pour cela que je ne serai pas très bavard. Il ne s’agit pas de faire du spectacle mais de régler un problème. Chaque fois qu’il y aura une avancée notable, importante, je ne manquerai pas de vous le faire savoir. Mais en attendant, pendant que nous discutions, pendant que nous négocions, je vous demande de nous accompagner. Je veux simplement que vous reteniez que nous travaillons pour sortir de là. Ça fait 12 ans que personne n’a fait cette rencontre. Je pense qu’on devrait s’en tenir à cela et prier que tout aille vite et bien ».

Propos recueillis par Corneille Gohonou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

5 COMMENTAIRES

  1. Mr Le Ministre vous avez largement fait le vôtre. Le reste, ce ceux là qui vivent de football béninois au lieu d’en apporter.

LAISSER UN COMMENTAIRE