14ème édition de Panamai : «C'est vraiment une réussite exceptionnelle »,...

14ème édition de Panamai : «C'est vraiment une réussite exceptionnelle », dixit Kouassi Degboue

0
PARTAGER

Du mardi 16 au jeudi 18 août 2016, se déroule au Hall des arts, loisirs et sports de Cotonou, la 15eme édition du Pan african martial art international (Panamai 2016). Elle est couplée à la 5ème édition des Jeux feca (Festival des enfants pour la culture et l’art). Dans ce cadre, le président de l’Organisation non gouvernementale (Ong)Ascad nous a accordé un entretien exclusif. Lisez plutôt !

Matin libre : Bonjour président. La quatorzième édition du Panamai couplée à la cinquième édition du Feca tant attendue a démarré mardi 16 août 2016.Quels sont vos sentiments ?

Kouassi Degboue : C’est un sentiment de fierté en tant que président de la Fédération béninoise de taekwondo parce que depuis vingt (20)  ans, je n’ai jamais vu, un tel évènement dans mon pays. Cela ressemble un peu à ce que nous avons fait en 2013. Mais en 2013, les autres pays ne sont pas venus faire d’autres activités ici. Ils ont seulement profité de notre activité. Aujourd’hui, plusieurs activités sont menées par Panamai et Feca mais également l’Open des jeunes taekwondoïns.

Si on doit faire le point de la participation est-ce que les pays ont répondu présents?

Nous n’allons pas faire cette genèse ici. Mais, il y a des Béninois qui ont cru bon d’écrire aux autres nations pour leur dire de ne pas venir. Tous les pays limitrophes sont arrivés. Le Mali avec une délégation forte de plus de trente personnes, le Niger, une vingtaine.Le Togo n’a pu inscrire que deux personnes et le Burkina Faso quatre. Le Ghana est arrivé, le Tchad aussi. Je ne parlerai pas du Nigéria où, il y a une vingtaine d’équipes et plus de 100 personnes. Donc, nous nous retrouvons avec plus de 300 athlètes pour le Feca et le Panamai. C’est vraiment une réussite exceptionnelle comme vous le voyez.

La compétition prend fin ce jeudi. Quel appel avez-vous à lancer au public sportif ?

Le mardi, les enfants étaient à l’honneur. Hier, c’étaient les grands. Le public est appelé à venir voir de beaux combats. On a fini les jeux Feca mais nous avons encore le taekwendance. C’est ce qui a été vraiment ovationné par les autres pays qui sont arrivés. Le taekwendance tel que cela se fait ici, est créé par le Feca, entretenu par le Feca. Les autres pays ne font que venir apprendre de nous bien que ce soit eux qui nous aient appris à l’évaluer. Nous l’avons internationalisé. D’ailleurs, le taekwendance d’ouverture '' I Believe Nigeria'' est une chorégraphie qui a été composée rien que pour l’évènement. Je vous remercie.

Transcription : Inès AMOUSSOU,Yasinmine BABALOLA (Stags)


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE